AlterAsia

Société civile

Philippines : le coût de la malnutrition infantile

Philippines_enfance

Selon un rapport de Save the Children les pertes combinées de la malnutrition aux Philippines représentent plus du triple du coût des dégâts infligés par 15 catastrophes naturelles.

L’ONG Save the Children a indiqué le 30 août dernier que la malnutrition infantile coûte aux Philippines 6,2 millions d’Euros par an, soit près de 3% du PIB en termes de dépenses d’éducation et de pertes de productivité tandis que le retard de croissance lié à la faim chez les enfants est en hausse.

Dans un rapport, Save the Children constate que les pertes combinées, calculées sur la base des données 2013, représentent plus du triple du coût des dommages infligés par les 15 catastrophes naturelles qui ont frappé ce pays d’Asie du Sud-Est l’année dernière.

Selon Ned Olney, responsable de Save the Children aux Philippines :

« Les coûts du retard à la croissance sont un frein pour l’économie et touchent tout le monde, pas seulement les enfants et leurs familles. Ils appauvrissent l’économie philippine de 3%. Si vous faites le cumul sur la durée, c’est un gisement de progrès. »

Conséquences sur la scolarité et la vie professionnelle

Le retard de croissance se définit comme une taille petite par rapport à l’âge et se mesure en comparant la taille d’un enfant donné à la référence internationale pour un enfant du même âge.

Provoqué par une mauvaise alimentation dans les 1 000 premiers jours de la vie de l’enfant, le retard de croissance a des conséquences graves et irréversibles sur la santé physique et le fonctionnement cognitif.

Citant des données gouvernementales, le rapport indique qu’après 25 ans de constante amélioration, la prévalence du retard de croissance parmi les enfants philippins de moins de cinq ans a augmenté, passant de 30% en 2013 à 33% en 2015. Pour Ned Olney :

« C’est une progression de 10% sur deux ans, ce qui est dévastateur. Nous allons dans la mauvaise direction.

« Même si votre économie évolue à un rythme annuel de croissance de 6 à 7%, la pauvreté passe de 24 à 25 % pour toutes les familles et vous n’avez pas réglé la question de l’accès la nourriture ».

Des zones rurales aux zones urbaines

Le rapport indique que sur les quelque 49 000 étudiants qui ont redoublé un niveau scolaire, dans 15 % des cas, ce redoublement était dû à un retard de croissance avant l’âge de cinq ans. On estime à 24 millions d’Euros la somme nécessaire pour couvrir les coûts du redoublement de ces enfants chétifs.

Le rapport a calculé la perte de productivité à 6,2 millions d’euros sur la base d’une baisse de productivité parmi les travailleurs malingres et de la perte totale de productivité résultant des décès prématurés d’enfants de moins de cinq ans causés par la faim.

Pendant ce temps, la pauvreté urbaine et la faim empirent, selon Ned Olney. Par le passé, Save the Children se concentrait sur des programmes alimentaires dans les zones rurales mais cette année, l’organisation a commencé à procurer de l’aide alimentaire d’urgence pour « des enfants squelettiques, mourant de faim » dans les zones urbaines. Cependant, la zone la plus durement atteinte reste l’île de Mindanao, en proie à un conflit où 40% des enfants présentent un retard de croissance – une moyenne observée en Afrique subsaharienne, précise-t-il.

Save the Children réclame davantage d’investissements dans des programmes de nutrition pour les mères enceintes et allaitantes ainsi que pour les enfants durant leurs premiers 1 000 jours.

Ned Olney exhorte également le gouvernement à s’occuper de questions comme l’eau, l’assainissement, l’agriculture, l’éducation et les investissements dans la productivité globale.

« La malnutrition est considérée comme une charge liée à la maladie qui doit être gérée par le département de la Santé. Nous savons que cela ne marche pas.
« Cela revient à traiter les enfants malades plutôt que de comprendre pourquoi les enfants souffrent de malnutrition. Les pays qui s’attaquent à la pauvreté et à l’accès à la nourriture ont fait des progrès dans la réduction de la malnutrition.

Traduction : Edith Disdet
Editing et relecture : Sophie Saint-Blancat
Source : Alisa Tang / AlertNet (Thomson Reuters Foundation) : A growing problem, child malnutrition costs Philippines $7bn in a year
Photo : Gonda Eugene Paul / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.