AlterAsia

Société

Vivre avec un handicap Singapour : le combat d’une mère

Jeu_enfant

Sophie Wong, mère et éducatrice, a créé le Centre Educatif Chicky & Olive en 2015 sur la base de son expérience personnelle avec son fils atteint de Troubles du spectre autistique (TSA). Témoignage.

Chicky & Olive accueille les enfants d’âge préscolaire, avec ou sans besoins spécifiques. Au cours d’un entretien avec The Online Citizen, Sophie Wong évoque les difficultés à élever un enfant autiste et comment cette expérience l’a amenée à concevoir Chicky & Olive.

Le fils de Sophie Wong, Sam, est maintenant âgé de 16 ans. Quand il était plus jeune, elle a fait appel à un psychologue qui lui a dit que son fils n’était « pas comme les autres ». Elle se souvient de s’être sentie démunie car elle ne savait pas comment l’aider. Elle en a finalement conclu que le meilleur moyen était de devenir éducatrice. Sa première préoccupation était ‘elle-même’, dit-elle maintenant en plaisantant.

Elle raconte également un cap important franchi par Sam et elle, au supermarché, quand son fils a accouru à travers les allées pour lui crier que tous les œufs étaient tombés. Elle se rappelle aussi comment Sam lui a dit qu’ils devaient s’assurer de payer les œufs cassés. À la façon dont l’enfant s’est adressé à elle et a reconnu qu’il avait fait une erreur, Mme Wong a mesuré l’énorme progrès qu’il avait fait.

Avoir recours aux thérapeutes dont un enfant avec des troubles de l’apprentissage a besoin peut peser très fortement sur les finances familiales.

Petit à petit, elle s’est rendu compte que son fils était capable de faire des choses pour lui-même. Elle lui a donné plus de tâches à réaliser tout seul, ce qui à son tour lui a donné un plus grand sens de sa propre efficacité. Au fur et à mesure, elle se remémore comment Sam est devenu plus mobile et moins tributaire des autres.

Maman d’un enfant ‘spécial’, elle devient éducatrice

Si Sam a poussé Mme Wong à devenir éducatrice, elle est allée plus loin et a aussi ouvert un Centre éducatif Chicky & Olive qui se concentre sur la linguistique et les enfants qui ont des besoins particuliers. Elle a remarqué que ces enfants ont tendance à disposer de moins de temps pour jouer car ils travaillent tout le temps pour rattraper leurs pairs. Elle souligne qu’à Chicky & Olive, les enfants peuvent jouer avec tout. Ils ne sont limités dans aucune activité et on ne leur interdit pas de s’amuser avec tel jouet particulier. Elle estime que ça leur procure leur « moment de répit ».

Cette conception figure en bonne place dans la mission de Chicky & Olive : permettre partout aux enfants non seulement d’apprendre, mais aussi de jouer.

En général, avoir recours aux thérapeutes dont un enfant avec des troubles de l’apprentissage a besoin peut peser très fortement sur les finances familiales. Il faut aller à l’hôpital pour une évaluation de l’enfant, avec des tarifs qui vont actuellement de 800 à plus de 1300 € dans les hôpitaux privés, selon le psychologue rencontré.

À Chicky & Olive, il y a six enfants par classe.

Mme Wong précise que cette évaluation psychométrique n’est que le début. Ensuite, différents thérapeutes apporteront à l’enfant l’aide nécessaire. L’ergothérapie est utilisée quand l’enfant est encore jeune pour améliorer la motricité, la coordination et même l’écriture. L’autre traitement principal est l’orthophonie suivie de l’éducation thérapeutique.

Cette conception figure en bonne place dans la mission de Chicky & Olive : permettre aux enfants non seulement d’apprendre, mais aussi de jouer.

Mme Wong se souvient qu’elle déboursait 106 € pour chaque séance d’orthophonie quand son fils était plus jeune. En tant que parent, elle était prête à payer n’importe quelle somme pour aider son enfant. De plus, à l’école primaire, quand les instituteurs ne pouvaient pas faire face aux problèmes de comportement de son fils, il fallait engager un enseignant « fantôme » qui restait aux côtés de l’enfant durant toute la classe. Elle précise que le coût peut atteindre 3 300 € par mois, ce qui est très lourd pour un salaire moyen. Ceci bien sûr si vous ne choisissez pas les hôpitaux publics pour vous aider mais dans ce cas, elle fait remarquer qu’il faut attendre vraiment très longtemps avant que l’aide adéquate ne soit mise à disposition de l’enfant.

Transmission de savoir aux parents

À Chicky & Olive, il y a six enfants par classe et Mme Wong estime que c’est le nombre idéal pour les enfants ayant des difficultés d’apprentissage. Dans le cadre de son activité de thérapeute, Mme Wong raconte comment elle soigne un enfant atteint de paralysie cérébrale. Elle fait de son mieux pour que les parents de l’enfant assistent aux séances afin de pouvoir leur transmettre des compétences qui leur permettront à leur tour de former leur enfant à la maison.

Dans le cas de familles qui ont à la fois un enfant avec des problèmes d’apprentissage et des difficultés financières, Mme Wong souligne qu’elle est prête à s’occuper de l’enfant gratuitement s’il le faut.

« Je n’ai jamais refusé un enfant de toute ma carrière. Parce que j’ai un enfant comme ça ».

Le 19 janvier 2016, un ancien député, M. David Ong, a demandé au ministre de l’Education, M. Heng Swee Keat, où en était la mise en œuvre des principes du nouveau Schéma Directeur pour l’intégration des personnes souffrant d’un handicap 2012-2106, en particulier pour les enfants avec des besoins spéciaux et si les établissements d’éducation spécialisée (SPED) étaient en mesure d’accueillir les élèves. M. Heng a répondu que les recommandations de du schéma directeur (Enabling Masterplan) traitaient de toute une série de questions, y compris celles relatives à l’amélioration de la qualité, de l’accessibilité et de l’abordabilité des établissements d’éducation spécialisée (SPED) :

« Le programme-cadre SPED a été lancé en 2012 afin de guider l’élaboration et l’exécution du programme d’enseignement dans les écoles spécialisées. Un programme d’études bien conçu permettra aux élèves de ces écoles d’atteindre de meilleurs résultats au niveau de la qualité de la vie, des apprentissages et du travail. Nous avons aidé chaque établissement SPED à mettre en place les équipes pédagogiques afin de transposer le programme-cadre d’enseignement en expériences d’apprentissages de qualité en fonction du profil d’élève. Les écoles ont également mis en place des équipes de formation professionnelle pour soutenir les innovations supervisées par l’enseignant. »

M. Heng a ajouté que le ministère de l’Éducation [MOE] a apporté son aide à ces équipes via des formations et des conseils relatifs à la mise en place du programme. Les progrès sont une entreprise à long terme et le ministère continuera de travailler main dans la main avec les écoles SPED pour répondre aux besoins des élèves.

Le système éducatif actuel pour les enfants qui ont des besoins particuliers n’est pas suffisamment proactif et disposé à assumer cette responsabilité d’éduquer un enfant spécial.

À propos du système éducatif pour les élèves à besoins particuliers, Mme Wong déclare :

« Je pense que Singapour a un très bon système. Néanmoins… Je voudrais juste que cela devienne une loi qui, comme aux États-Unis, assurerait la prise en charge des enfants pour l’ergothérapie, le langage, l’évaluation, l’école, et que le travail tourne autour de l’enfant.
« Les enfants qui ont des troubles de l’apprentissage sont une minorité. Est-ce que ça coûte cher ? Oui, effectivement. C’est très onéreux et ce n’est pas à la portée de tous les parents, alors j’espère qu’un jour, à Singapour, je verrai cela : que les enfants soient pris en charge. »

Pour Mme Wong, les obstacles auxquels font face les parents sont de « trouver le ou les moyens de préparer au mieux leur enfant spécial pour l’avenir et de gérer, résoudre et faire face à tous les problèmes qui pourraient surgir dans leur vie ».

Elle ajoute que c’est d’autant plus dur que leurs difficultés d’apprentissage ne sont pas seulement spécifiques mais constituent un spectre. Par conséquent, les enfants ont besoin d’un système non conventionnel pour les éduquer ou gérer leur apprentissage. Le système éducatif actuel pour les enfants qui ont des besoins particuliers n’est pas suffisamment proactif et disposé à assumer cette responsabilité d’éduquer un enfant spécial.

Traduction : Edith Disdet
Source Sara Yong / The Online Citizen Special needs children always welcome at Chicky & Olive Learning Centre
Photo : Stephane Brette

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.