AlterAsia

Environnement

Thaïlande : victoire contre les expulsions au sein d’un parc national

Thailande_Communaute_Chaiyaphum

Un millier de personnes issues de cinq communautés différentes d’un parc national de la province Chaiyaphum ont remporté une victoire partielle dans leur lutte de longue haleine contre leur expulsion. Elles ont réussi à négocier un délai d’occupation avec les agents de l’État le 29 mars dernier, alors que le gouvernement militaire continue de sévir contre les communautés établies à l’intérieur des frontières des parcs du pays.

Mardi 29 mars 2016 après-midi, les populations vivant dans le Parc national de Sai Thong ont rencontré le gouverneur adjoint de la province de Chaiyaphum, Ukrit Pungsopha, et les représentants du ministère des Ressources naturelles et du Département des forêts royales, au sujet de leur expulsion liée à un projet gouvernemental de reforestation.

Des dizaines de communautés de Thaïlande du Nord-Est doivent faire face à l’expulsion depuis qu’un décret permet aux autorités d’expulser les habitants vivant sur les réserves nationales, au nom de la reforestation.

Des dizaines de communautés de Thaïlande du Nord-Est ont fait face à l’expulsion au cours de ces dernière année suite au décret 64/2014 du gouvernement militaire. Ce décret permet aux autorités d’expulser les habitants vivant sur les zones de réserves nationales, au nom de la reforestation. Bien que le nombre de villageois concernés reste flou, les communautés des districts de Sam Chai et de Kham Muang, province de Kalasin, de Ban Kao Bath dans le district de Non Dindaeng, province de Buriram, et du district de Phu Phan, province de Sakon Nakhon, ont toutes fait face à l’expulsion en 2014.

Expulsions au nom de l’écologie

Le décret du gouvernement vise à augmenter la couverture forestière du pays de 40% dans les dix prochaines années. Mais celui-ci est critiqué car il a abouti à l’expulsion de milliers d’habitants de communautés installées depuis longtemps.

La rencontre qui a eu lieu à Chaiyaphum a été organisée à la demande des dirigeants de ces communautés qui, frustrés par l’inflexibilité des responsables de parcs, ont envoyé, au début du mois, un courrier officiel à huit institutions et personnalités politiques incluant le Premier ministre Prayuth Chan-ocha, le Comité national des droits de l’homme, le ministère des Ressources naturelles et le gouverneur de Chaiyaphum. Dans ce courrier, les représentants des communautés demandent au gouvernement de mettre un place un comité bipartite et d’enquêter sur les allégations de harcèlement des villageois par les officiels des parcs nationaux.

Depuis que le parc national de Sai Thong a été mis en place en 1992 dans le cadre d’un projet gouvernemental de reforestation, les communautés vivant à l’intérieur du parc cherchent à trouver un accord avec les responsables du Département des Parcs nationaux. Deux villages de Chaiyaphum situés à l’intérieur du parc ont obtenu un statut légal leur permettant de rester sur le territoire. En revanche, les cinq communautés représentées dans la rencontre du 29 mars n’ont pas été associées à ces négociations.

Pas de réinstallation prévue

Au cours des deux derniers mois, les tensions entre les villageois et les responsables de parcs nationaux se sont exacerbées. Lors d’une rencontre, le 25 février dernier, les villageois ont demandé à ces responsables où ils iraient vivre si le gouvernement réquisitionnait leur terre. Les habitants déclarent que les officiels n’ont aucun plan défini pour les réinstaller ailleurs, et citent les réponses officielles qu’il ont obtenues :

« C’est à vous de voir, vous pouvez aller n’importe où ».

Cependant, lors de la rencontre du 29 mars, le Gouverneur adjoint de la province de Chaiyaphum, Ukrit Pungsopha, a promis que les villageois seraient provisoirement autorisés à continuer à exploiter le territoire faisant l’objet du litige. Il a également approuvé la mise en place d’un comité afin de démanteler les expulsions problématiques et de tenir une audience publique pour échanger sur les moyens de rendre légalement les terres aux communautés, exprimant son soutien aux villageois :

« Plusieurs représentants [des parcs nationaux] essaient d’être la fierté de leurs supérieurs en permettant la reforestation du plus grand nombre de terrains possible, sans savoir que leurs pratiques affectent les villageois ».

Selon Oranut Phonphinyo, une animatrice communautaire du Réseau de réforme agraire de Thaïlande (Land Reform Network of Thailand, LRNT), un comité aiderait à trouver une solution mais l’implication continue du Gouverneur adjoint reste nécessaire. Les concessions du Gouverneur adjoint encouragent les villageois, mais ces derniers continuent de s’inquiéter de leurs relations avec le Département des Parcs nationaux, qui n’était pas présent à cette rencontre. Pour le moment, les villageois ne sont donc pas expulsés mais leur situation repose sur la bonne coopération d’un panel de différentes structures gouvernementales et sur les conclusions du comité nouvellement créé. Au nom de la cinquantaine de membres des communautés qui ont fait le voyage jusqu’au bureau du Gouverneur, en soutien à leurs dirigeants réunis suite à la rencontre, Oranut Phonphinyo a toutefois conclu :

« Si cela est une guerre, ceci est notre première victoire ! ».

Traduction : Marie-France Leccia
Source / The Isaan Record : Chaiyaphum communities win partial victory in their fight against eviction
Photo : The Isaan Record

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.