AlterAsia

Politique

En Malaisie, les journalistes s’alarment face aux atteintes à la liberté d’expression

Malaisie_censure internet

Selon le Centre pour un journalisme indépendant en Malaisie (CIJ), l’augmentation récente des cas de cybercensure gouvernementale, annonçant des heures sombres pour la liberté d’expression et d’information, devrait inquiéter les Malaisiens.

Après le blocage en janvier 2016 du site régional d’information Asia Sentinel, les fournisseurs de service Internet ont limité, le 25 février, l’accès aux éditions en ligne du Malaysian Insider. Alarmé, le CIJ considère cet acte comme une attaque délibérée contre la liberté de la presse, contre la liberté d’information et contre la promesse nationale d’un Internet libre.

Le site américain Medium bloqué

Selon les médias locaux, le blocage en janvier dernier de l’accès à Medium, un hébergeur de blogs, aurait fait suite à la publication d’un article du Sarawak Report, que le gouvernement a jugé faux trompeur et infondé. Les avocats de Medium ont déclaré que le gouvernement n’avait pas répondu à leur requête pour obtenir des renseignements supplémentaires.

Pour l’internaute malaisien lambda cela signifie aussi disposer d’une moindre marge d’expression et d’échange.

Pour l’internaute malaisien lambda cela signifie aussi disposer d’une moindre marge d’expression et d’échange. La situation est analogue au fait de bloquer YouTube à cause d’une seule vidéo offensante ou Facebook tout entier à cause d’un seul post que le gouvernement estimerait problématique. Seule une poignée de gouvernements, tels le Pakistan la Russie et la Chine, ont pris des mesures aussi drastiques et désespérées.

Le CIJ s’insurge aussi contre le blocage depuis le début de l’année 2016 des blogs socio-politiques OutSyed The Box, Din Turtle et Minaq Jinggo Fotopages. Les récentes actions gouvernementales semblent relever d’un effort concerté et intense visant à museler les voix dissidentes, en particulier  celles  qui contestent l’intégrité et l’autorité du Premier ministre, Najib Razak.

Nous sommes préoccupés par le fait que ces actes n’ont fait l’objet d’aucune explication. Il semble n’y avoir aucune transparence de la part du gouvernement, aussi bien sur les infractions à la loi que sur les possibilités d’appel.

En s’opposant obstinément à l’ouverture des espaces numériques compétitifs nécessaires au débat démocratique, au développement de l’innovation, au nom d’intérêts politiques mesquins, la Malaisie rejoint ainsi les rangs des gouvernements frustrant leurs citoyens des bénéfices d’Internet.

En s’opposant obstinément à l’ouverture des espaces numériques compétitifs nécessaires au débat démocratique, au développement de l’innovation, au nom d’intérêts politiques mesquins, la Malaisie rejoint ainsi les rangs des gouvernements frustrant leurs citoyens des bénéfices d’Internet. Aussi nous invitons le gouvernement et le Premier ministre à répondre aux questions soulevées par les blogs, à fournir l’accès à des informations pertinentes et à s’abstenir de recourir à la censure. Pilier de la démocratie en Malaisie, Internet devrait être utilisé pour promouvoir la transparence et la responsabilité, y compris par le gouvernement.

Nous attirons l’attention des internautes sur les possibles conséquences de nouvelles restrictions, préjudiciables à l’accès à une information essentielle, et susceptibles d’entraîner une hausse du coût d’accès à l’information et à la technologie. Ces restrictions affecteront également notre droit à interagir en tant que communautés — parmi lesquelles comptent étudiants, professionnels, familles, minorités ethniques et journalistes.

En dernière instance nous exhortons la sphère publique à faire pression sur le gouvernement  pour qu’il n’introduise pas de nouvelles mesures ni ne révise les lois existantes concernant Internet, et ce jusqu’à la cessation des restrictions actuelles et l’organisation de consultations multipartites. Ceci inclut les amendements à la Loi sur les communications et le multimédia de 1998 prévus pour le mois de mars. Jusqu’à la 14e élection générale de 2018, les internautes malaisiens doivent s’attendre à voir se durcir les limites à la liberté d’expression et d’information.

Traduction : Michelle Boileau
Source (Aliran) : CIJ expects wall to close in further on freedom of expression
Photo : Nicu Buculei / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.