AlterAsia

Politique

Thaïlande : Les rédacteurs de la Constitution contre l’institution du Bouddhisme comme religion d’Etat

thailande_bouddhisme

Après un débat animé à propos du projet d’instituer le Bouddhisme comme religion d’État en Thaïlande, les rédacteurs de la Constitution ont écarté la proposition, affirmant que cela pourrait être dangereux dans le futur.

Selon le journal en ligne Matichon Online, Meechai Ruchupan, président du Comité de Rédaction de la Constitution (CDC), a révélé le 11 janvier dernier que le nouveau projet de Constitution ne comporterait aucune phrase érigeant le Bouddhisme au rang de religion d’Etat. Annonçant cette décision lors d’une réunion dans le district de Cha Am, dans la province de Phetchaburi, Meechai a déclaré que faire du Bouddhisme une religion d’Etat pourrait être source de « danger » à long terme.

Plutôt que d’entériner le Bouddhisme comme religion officielle du pays, le nouveau projet de Constitution inclut des mesures de protection et de soutien à cette religion, selon le président du CDC.

Avec plus de 90% des citoyens thaïlandais qui s’identifient comme bouddhistes, de nombreuses organisations bouddhistes telles que l’Association des Universitaires Bouddhistes (Buddhist Academics Association, BAA) et le Conseil Volontaire Bouddhiste de la Société Civile (Voluntary Buddhist Council of Civil Society, VBCCS) appellent depuis plus d’un an les autorités thaïlandaises à porter le Bouddhisme au rang de religion d’Etat.

Afin de donner du poids à leur demande, les organisations bouddhistes ont lancé l’an dernier une campagne visant à rassembler un million de noms de personnes favorables au projet.

Bien que de nombreux moines bouddhistes et laïcs voient l’initiative d’un bon œil, plusieurs critiquent un projet susceptible d’attiser le sentiment anti-Musulmans dans le pays, d’autant plus que la Thaïlande est toujours engluée dans un conflit armé entre l’Etat et des groupes insurgés musulmans dans la zone frontalière de l’extrême sud du pays.

Vichak Panich, chroniqueur du Matichon et expert des études religieuses et du Bouddhisme, a posté sur Facebook une déclaration contre ce projet en novembre 2015 :

« Un pays dont la majorité de sa population adhère à une religion spécifique n’a pas besoin d’élever cette religion au-dessus des autres et l’Etat ne doit pas définir la religion car cela peut être utilisé comme un outil pour influer sur la politique ».

Il ajoute que l’institution d’un « Bouddhisme d’Etat » pourrait s’accompagner d’intentions moins avouables :

« Le Bouddhisme comme religion d’Etat est une religion promue par l’Etat dont les interprétations sont au service de l’idéologie de la nation, les religions et la monarchie » (devise nationale de la Thaïlande).

« Cette version du Bouddhisme ne laisse aucun espace à des interprétations alternatives. Il ne serait donc pas improbable, si le Bouddhisme était promulgué religion d’Etat, qu’il conduise à une limitation de libertés et de droits ou à la poursuite de personnes qui pensent différemment sous prétexte qu’ils « insultent le Bouddhisme. »

Traduction : Elsa Favreau
Source : Prachataï Charter drafters against making Buddhism state religion

Photo YGD / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.