AlterAsia

Economie

Travail forcé en Thaïlande : après l’industrie de la crevette, celle du poulet

poulet_thaie

Une ONG suédoise révèle de nombreux cas de travail forcé et de travail des enfants dans son enquête sur les conditions de travail dans l’industrie du poulet en Thaïlande, dont le premier marché d’export est l’Europe.

À l’échelle mondiale, la Thaïlande est un important fournisseur de produits à base de viande de poulet. Durant les deux dernières décennies, la production a explosé à mesure que l’industrie du poulet est devenue essentielle à l’objectif du pays de devenir « la cuisine du monde ». L’Union Européenne est devenue son plus grand marché d’exportation. Près de 270 000 tonnes de produits à base de viande de poulet ont été expédiés de la Thaïlande vers l’Union Européenne en 2014.

La Thaïlande exporte des produits à base de volaille à la Suède depuis au moins la fin des années 90. En 2014, elle est devenue son second plus gros fournisseur en produits transformés à base de volaille, derrière le Danemark.

Récemment, la Suède a lancé un Plan d’Action National sur les Entreprises et les Droits de l’Homme qui stipule explicitement que toutes les compagnies suédoises doivent respecter les droits de l’Homme ainsi que spécifié dans les Principes Directeurs des Nations Unies sur les Entreprises et les Droits de l’Homme (United Nations Guiding Principles on Business and Human Rights, UNGP). Dans ce cadre, l’ONG Swedwatch a rédigé un rapport d’analyse des niveaux de responsabilité sociale atteints par les parties prenantes suédoises dans leurs échanges avec les fournisseurs thaïlandais.

Travailleurs migrants abusés

En Thaïlande, les industries sont aux prises avec une pénurie de main d’œuvre domestique. Comme beaucoup d’autres secteurs à forte intensité, l’industrie du poulet a trouvé des solutions au-delà des frontières, dans les pays voisins. À la recherche de meilleurs salaires et de l’opportunité d’envoyer de l’argent chez eux, des millions de travailleurs migrants principalement originaires du Cambodge et de la Birmanie forment le plus bas niveau de l’échelle de la force de travail. Nombre d’entre eux ont été victimes d’employeurs et de recruteurs peu scrupuleux ou de fonctionnaires corrompus.

Le rapport montre que la violation des droits des travailleurs migrants est effective dans l’industrie thaïlandaise du poulet, comme dans d’autres secteurs exposés par les médias ces dernières années. Selon l’organisation mondiale pour les droits des travailleurs Solidarity Center, les travailleurs migrants en Thaïlande font partie de ceux qui font l’objet des pires abus dans le monde.

Soupçons d’esclavage et travail des enfants

Des entrevues avec 98 travailleurs migrants employés par quatre producteurs de poulet différents qui ont exporté en Suède ces trois dernières années montrent une variation des violations. Au total, six usines ont fait partie du champ d’étude #1. Les entretiens ont montré que quatre de ces usines transgressaient certaines ou toutes les principales lois de protection sociale et des travailleurs ainsi que les lois et les normes internationales formulées entre autres par les Nations Unies (NU) et l’Organisation Internationale du Travail (OIT).

« Tous ces critères indiquent l’existence d’une traite d’adultes pour l’exploitation de la main d’œuvre ». OIT.

Les travailleurs migrants des usines enquêtées ont affirmé que des documents personnels tels que leurs passeports ou leurs permis de travail ont été confisqués par leurs employeurs ou les agences de recrutement. Les entretiens révèlent que les travailleurs ont des dettes de niveau variable dues aux frais de recrutement excessifs et à des coûts spécifiques en vigueur dans les usines. Les personnes interrogées ont déclaré ne pas avoir d’assurance maladie en dépit des frais déduits de leurs salaires. Ces pratiques constituent seulement quelques-uns des exemples révélés par l’étude. D’après l’OIT, tous sont des indicateurs de l’existence d’une traite d’adultes pour l’exploitation de la main d’œuvre.

Les travailleurs de quatre des six usines concernées par l’étude ont signalé l’existence de travail des enfants, dont trois impliquant des travailleurs de 14 ans. Employer des jeunes de moins de 15 ans est une violation de la Loi Thaïlandaise de 1998 sur la Protection du Travail.

Traçabilité défaillante

Les produits thaïlandais à base de viande de poulet suivent une chaîne d’approvisionnement complexe avant d’atteindre le consommateur dans les restaurants et cafés, les hôpitaux publics et les écoles ou les dîners de famille en Suède. La législation européenne concernant l’indication de l’origine des aliments transformés est faite de telle manière que des produits étiquetés comme étant d’origine européenne peuvent en réalité venir de pays tiers comme la Thaïlande. Cela rend quasiment impossible l’estimation du total de la viande de poulet thaïlandaise importée chaque année sur le marché suédois. Selon un importateur suédois, au moins la moitié de la viande de poulet thaïlandaise consommée n’est pas incluse dans les statistiques officielles d’importation.

L’enquête de Swedwatch sur les parties prenantes suédoises intervenant dans l’importation de produits à base de volaille originaires de Thaïlande montre que cette relation commerciale longue de plusieurs décennies avait débuté en mettant l’accent sur le bien-être animal et la qualité du produit mais sans anticipation des potentiels impacts négatifs sur les droits de l’Homme dans l’industrie.

Ce rapport révèle également les insuffisances de la responsabilité sociale dans l’approvisionnement public suédois en alimentaire.

Parmi les parties prenantes interrogées dans le cadre de ce rapport, seul Axfood, un grossiste, a commencé à réaliser des audits préalables sur les potentiels impacts négatifs de l’industrie thaïlandaise de la volaille sur les droits de l’Homme. Mais l’UNGP et le Plan d’Action National du gouvernement suédois sur les entreprises et les droits de l’Homme sont toujours inconnus de nombreux acteurs du secteur alimentaire en Suède.

Ce rapport révèle également les insuffisances de la responsabilité sociale dans l’approvisionnement public suédois en alimentaire. Les acheteurs publics des municipalités ne disposent pas de cadre fixant des critères sociaux pour les achats alimentaires. Les audits visant à garantir que leurs codes de conduite sont respectés tout au long de leur chaîne d’approvisionnement ne sont généralement pas réalisés en raison du manque de ressources. Ceci signifie que dans des institutions publiques de Suède (écoles, maisons de retraite et hôpitaux), les enfants ou adultes peuvent consommer des produits à base de volaille produits par des travailleurs migrants exploités.

Marques de distributeurs

Pour ce rapport, Swedwatch a également enquêté auprès d’une chaîne de supermarchés sur le marché suédois. L’accent a été mis sur les marques propres contenant des produits à base de volaille. Les résultats ont montré qu’une des cinq entreprises enquêtées utilisait de la volaille thaïlandaise pour leurs marques propres.

Ce rapport fait plusieurs recommandations. Les entreprises thaïlandaises devraient s’assurer que toutes les formes de frais de recrutement illégaux sont stoppées et que les négociateurs ne font pas payer les coûts liés aux travailleurs migrants, qui conduisent à un asservissement par la dette. Au minimum, toutes les entreprises devraient de conformer à la législation thaïlandaise sur le travail. Les parties prenantes du marché alimentaire suédois liées à l’importation de produits thaïlandais à base de volaille devraient s’assurer que leurs fournisseurs suivent les normes internationales des conventions de l’OIT en matière de droits des travailleurs. Les importateurs et les grossistes devraient conduire des audits préalables sur les impacts négatifs potentiels sur les droits de l’Homme et montrer en toute transparence comment les risques peuvent être identifiés et atténués en accordance avec les lignes directrices de l’UNGP.

L’alimentation devrait être identifiée comme une catégorie à risque dans le commerce, pas uniquement du point de vue du bien-être des animaux et de la qualité du produit.

Traduction : Elsa Favreau
Source (Swedwatch/Prachataï) : Workers abuse is rampant in Thailand’s chicken meat industry
Photo : Andrea Williams / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.