AlterAsia

Société

Utiliser la fiscalité pour réduire les inégalités à Singapour ?

singapore-dollar

Les recommandations pour réduire les inégalités se concentrent généralement sur les politiques budgétaires de redistribution. Une telle approche néglige pourtant la source structurelle de cette inégalité nourrie par les pratiques fiscales.

À Singapour, un Manuel sur l’inégalité, la pauvreté et les besoins sociaux non satisfaits à Singapour du Center for Social Innovation a souligné cette année la croissance de la pauvreté et des inégalités de revenus dans le pays. De nombreuses recherches confirment également que de plus en plus de sociétés deviennent inégalitaires et souffrent d’un système de santé démuni, d’une cohésion sociale plus faible, de taux plus élevés de criminalité ou de violence. Au niveau mondial, le Crédit Suisse a ainsi indiqué l’an dernier que 44% des richesses mondiales se trouvaient dans les mains de 0,7% de la population.

Paradis fiscal et inégalités

Dans la plupart des cas, les recommandations se concentrent sur les politiques budgétaires de redistribution. Une telle approche néglige pourtant la source d’une inégalité structurelle et la façon dont les fortunés accumulent d’immenses quantités de richesse au détriment du reste de la population.

Une approche complémentaire doit examiner le rôle des injustices fiscales dans la persistance des inégalités de richesses au niveau mondial. L’inégalité des richesses n’est pas une chose en soi, mais un état créé, soutenu et reproduit par et pour des groupes de personnes particuliers.

Singapour, appelé aussi la “Suisse de l’Asie du Sud-Est”, est reconnu comme un paradis fiscal, à l’instar de certains États des États-Unis, de territoires britanniques comme les îles Caïmans et Jersey, la Suisse ou Hong Kong.

Les paradis fiscaux sont des États offrant une combinaison d’impôts faibles ou nuls, d’une réglementation laxiste et de secrets financiers considérables pour les entreprises et les particuliers fortunés voulant échapper aux obligations fiscales de leurs pays.

Un manque à gagner pour les États

Selon Tax Justice Network, ces paradis fiscaux cachent 21 à 32 milliards de dollars. Mais en rivalisant pour attirer des capitaux financiers très mobiles, ils privent les gouvernements de recettes fiscales pour développer les capacités de l’État, nuisent à l’État ​​de Droit et à la bonne gouvernance.

La fuite des capitaux et l’évasion fiscale profitent en revanche à un vaste panel d’acteurs, allant des organisations de crime organisé cherchant à blanchir de l’argent aux entreprises et aux individus “aisés” soucieux d’échapper aux obligations fiscales.

Quelques gouvernements ont répondu à ce défi sous la pression de l’opinion publique et des campagnes de contestation de la société civile. Le mois dernier, l’OCDE a donné de nouvelles lignes directrices pour la déclaration de revenus et de transparence financière des entreprises. Mais bien que ces nouvelles réglementations et les politiques budgétaires soient encourageantes, elles n’abordent pas la base du problème.

Le rôle des professionnels de la fiscalité

Une autre approche devrait aborder le rôle des professionnels de la gestion de patrimoine qui développent, promeuvent et facilitent les stratégies de fuite fiscale : comptables fiscalistes, avocats, conseillers financiers et courtiers capables de concevoir et de mettre en oeuvre des stratégies d’évasion fiscale.

En raison de la complexité de la législation fiscale mondiale, la ligne entre ce qui est légal et illégal est souvent floue et difficile à appliquer. Or, les professionnels de la fiscalité ont suffisamment de connaissance et d’expérience pour manipuler ces lois complexes et exploiter des niches fiscales.

En bref, les professionnels de l’impôt sont directement impliqués dans les phénomènes de paradis fiscaux et contribuent aux pratiques fiscales abusives. Ils ont aussi de nombreuses capacités pour traiter les injustices fiscales.

Affirmer la responsabilité des professionnels de la fiscalité

Le transfert des connaissances et l’expertise des professionnels de la fiscalité du secteur privé vers des objectifs publics permettrait ainsi de lutter efficacement contre les relations fiscales inégales et injustes.

Ces professionnels pourraient non seulement fournir une assistance pour s’assurer de lois fiscales robustes, mais aussi renforcer les politiques internes laxistes de cabinets comptables permettant l’évasion fiscale généralisée par les particuliers et les sociétés riches.

Qui plus est, sans une reconnaissance et l’affirmation de leur responsabilité, les professionnels de la fiscalité resteront complices des inégalités mondiales des richesses. L’argent lui-même ne rend pas plus puissant les personnes riches. Toutefois, avec l’expertise financière et juridique, il permet aux fortunés d’être “intouchables” et au-dessus de la loi.

Traduction : Aliénor Simon
Source (Ezra Ho/The Online Citizen) Wealth Inequality and Tax Justice
Photo: LLudo / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.