AlterAsia

Economie

En Thaïlande, les ouvriers demandent l’augmentation de salaires promise en 2013

thailande_travailleurs2 Le Comité solidaire des travailleurs thaï (TLSC) et la Confédération des relations des travailleurs des entreprises d’État (SERC) ont soumis la semaine dernière une déclaration commune à Puntrik Smiti, la Secrétaire permanente du ministère du Travail. Ils lui réclament de ne pas reporter l’augmentation du revenu minimum prévue depuis 2013, mais aussi de ne pas différencier ce revenu entre les régions du pays.

Le site Voice Labour a rapporté le 20 novembre dernier que le Comité solidaire des travailleurs thaï (TLSC) et la Confédération des relations des travailleurs des entreprises d’État (SERC) ont soumis une déclaration commune à la ministre du Travail pour lui demander de reconsidérer le report prévu de la hausse des salaires.

En 2013, une résolution de la Comission des salaires au ministère du Travail avait prévu que le salaire minimum quotidien de 300 baht (environ 7,9€) serait réajusté à la hausse en janvier 2016, en fonction de l’inflation. Mais elle a récemment annoncé le report de l’augmentation du revenu minimum à juin 2016.

Le ministère a également proposé au gouvernement militaire de différencier les revenus minimums par région, précisant que le coût de la vie est différent dans chaque région du pays. En désaccord, le TLSC et la SERC lui demandent d’augmenter le revenu minimum quotidien de 300 baht à 360 baht (environ 9,4€) pour l’ensemble des régions. Selon ces deux organisations, cet ajustement est nécessaire pour faire face à l’actuelle inflation et à l’augmentation du coût de la vie.

Migrations forcées

Thanaporn Wichan, la secrétaire général du TLSC, rappelle que le Conseil national pour la paix et l’ordre (NCPO) s’était engagé en faveur de la « justice sociale ». Ainsi, tous les travailleurs devraient être payés plus, afin d’améliorer les conditions de vie et de stimuler l’économie du pays. Elle ajoute qu’avec le salaire minimum actuel, les travailleurs thaï sont systématiquement forcés de faire des heures supplémentaires pour soutenir leur famille.

Selon elle, la politique visant à différencier le salaire minimum en fonction des régions relève de « l’exploitation » car les travailleurs sont forcés de migrer pour trouver des emplois offrant des meilleurs salaires. Cette politique conduit donc à une séparation forcée des familles.

Pour Wilaiwan Saetia, le président du TLSC, le NCPO devrait se concentrer sur les conditions de vie des travailleurs au lieu des fluctuations économiques du pays. Il fait donc appel au ministère du Travail pour ne pas reporter la mesure de réajustement du salaire minimum, promise préalablement.

Puntrik Smiti, la ministre du Travail, a déclaré à The Nation qu’elle ne voulait pas repousser l’augmentation des salaires, mais qu’elle devait vérifier avec attention que cette mesure soit profitable aux conditions économiques de toutes les régions.

Traduction : François Vézier
Source (Prachataï) : Thai workers demand higher pay
Photo : Prachataï

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.