AlterAsia

Economie

Un diplomate de l’OMS accusé d’esclavage moderne en Thaïlande

World Health Organization

Une femme de ménage éthiopienne a poursuivi en justice un directeur de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et sa femme, en Thaïlande, pour esclavage moderne et violence physique. Le diplomate des Nations-Unies a réglé cette affaire d’esclavage à l’amiable, hors de la Cour de justice.

Thomson Reuters Foundation Emebet Mono Bezabh, 25 ans, a travaillé près de 2 ans, comme femme de ménage pour la famille de Yonas Tegegn dans un quartier d’expatriés à Nonthaburi, au nord de Bangkok. Elle a déclaré qu’elle était battue au moins 3 fois par semaine par la femme de Yonas Tegegn, seulement autorisée à manger du riz et contrainte de dormir avec le chien de la famille. Selon elle, ses employeurs lui avaient confisqué son passeport et ne lui avaient jamais versé de salaire.

« Une fois, elle m’a giflée si fort que, longtemps après, du liquide sortait de mon oreille. La femme l’a dit à son mari et il m’a apporté des médicaments ».

Yonas Tegegn a amené Emebet Mono Bezabh d’Ethiopie, son pays d’origine, à Bangkok en 2013 quand il a pris son poste de représentant de l’OMS en Thaïlande et il l’a employée jusqu’en mars dernier, quand elle s’est échappée avec l’aide d’un voisin.

Yonas Tegegn, qui s’est rendu au tribunal pour signer un accord et payer à Emebet Mono Bezabh un montant resté confidentiel, a refusé de parler à la Fondation Thomson Reuters. Dans le cas d’un règlement à l’amiable, il n’y a aucune reconnaissance d’actes répréhensibles.

Soutenue par 3 organisations thaïlandaises – la Fondation pour les femmes, la Fondation des droits de l’homme et le Développement et le Conseil des avocats de Thaïlande – elle a déposé une accusation devant la Cour criminelle contre Yonas Tegegn et sa femme et engagé une procédure civile devant le tribunal du travail. Les poursuites accusaient Yonas Tegegn et son épouse d’avoir violé les droits du travail et enfreint la loi de 2008 contre la traite des êtres humains.

Militants et avocats soutenant Emebet Mono Bezabh s’inquiétaient que Yonas Tegegn puisse recevoir l’immunité diplomatique, et ont médiatisé l’affaire peu de temps après qu’elle se soit échappée du domicile.

Un représentant de l’OMS, qui a parlé sous couvert d’anonymat, a déclaré que M. Tegegn avait été mis en congé et que l’OMS avait placé un représentant provisoire, mais le fonctionnaire n’a pas pu confirmer le statut actuel de Yonas Tegegn.

Le site web de l’OMS en Thaïlande répertorie encore Yonas Tegegn, qui a travaillé pour l’organisation depuis 1995, en tant que représentant du pays. Personne au siège de l’OMS à Genève n’était disponible pour commenter officiellement cette affaire.

L’avocate de Mme Bezabh, Kohnwilai Teppunkoonngam, a déclaré qu’il y avait encore beaucoup à faire pour améliorer la protection juridique des travailleurs vulnérables, en particulier des travailleurs domestiques au service de diplomates employés par des organisations internationales telles que les Nations-Unies.

« À certains postes, le personnel d’une organisation internationale dispose de privilèges en vertu du droit international. Dans ce cas, ils ont eu des privilèges et étaient dans le collimateur du droit du travail thaïlandais ».

Emebet Mono Bezabh, orpheline à l’âge de 5 ans et analphabète, se sentait mal à l’aise en présence de Yonas Tegegn et aussi incrédule que l’homme qu’elle avait considéré comme puissant et intouchable ait accepté de lui verser un règlement.

« Mais cet argent ne compensera pas ce qu’ils m’ont fait ».

Traduction : Élodie Prenant
Source (Alisa Tang / Thomson Reuters Foundation) : U.N. diplomat in Thailand settles maid slavery case out of court
Photos : dtpancio / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.