AlterAsia

Economie

L’ail : autre sujet de discorde entre les Philippines et la Chine

ail

L’une des principales ressources produites aux Philippines, l’ail, voit sa cote décliner depuis quelques années. La raison? l’arrivée sur le marché d’un ail plus gros et moins cher en provenance de Chine.

Pour les fermiers d’Ilocos, ni le Président chinois Xi Jinping, ni les produits agricoles excédentaires chinois, ne sont les bienvenus au pays. Pour Zalldy Alfiler, le secrétaire général de Peasants Against Exploitation (Stop Exploitation), l’objectif de la présence de Xi Jinping lors de la semaine de la Coopération économique pour l’Asie-Pacifique (APEC) n’est pas de renforcer la solidarité entre les pays, mais de promouvoir ses produits et d’assurer leur commercialisation libre dans les pays de l’APEC, dont Philippines. Selon, l’entrée des marchandises excédentaires en provenance de Chine sur le territoire bénéficie plus à la Chine qu’aux Philippines :

“Cela cause une inflation des prix des produits locaux et oblige les consommateurs à limiter leur budget et à acheter les produits les moins chers, qui ne sont pas nécessairement de meilleure qualité”.

Au cours des dernières années, l’ail – l’une des principales ressources produites dans le pays – a vu sa popularité décliner suite à l’entrée sur le marché d’un ail plus gros et moins cher en provenance de Chine. Dans une précédente interview accordée à Northern Dispatch, Andres Wailan, secrétaire général de Alyansa dagiti Pesante iti Taeng Kordilyera (Apit Tako) a même déclaré que:

“L’industrie locale d’ail est au bord de la faillite en raison de l’entrée indésirable de l’ail chinois”.

Selon lui, l’ail chinois ne coûte que deux pesos tandis que l’ail local en vaut cinq. En conséquence les fermiers d’Ilocos, qui cultivent 75% de la production nationale, sont désormais obliger de chercher une ressource ou bien de changer de culture, puisque la vente de l’ail ne couvre pas les coûts de production.

Il rappelle que l’ail chinois peut être vendu à des prix plus compétitifs que l’ail local car les exportateurs le vendent en vrac sans payer les taxes d’importation. Même le Conseil du Département des recherches scientifiques et technologiques pour les ressources naturelles, aquatiques et agricoles du gouvernement philippin l’admet :

“En raison de la libéralisation du commerce, l’ail local doit faire face à la rude concurrence des produits importés à bas prix”.

La production locale a diminué de 11,46% entre 2010 et 2012

Selon les chiffres du Bureau des Statistiques Agricoles, la production d’ail a diminué de 11,46% entre 2010 et 2012. Lorsque l’approvisionnement local a chuté, les commerçants en ont profité pour augmenter le prix de l’ail chinois, ajoutant ainsi une fardeau supplémentaire aux consommateurs philippins.

Zalldy Alfiler dénonce également l’attitude ambiguë du président Noynoy Aquino. Ce dernier joue sur deux tableaux : la politique de libéralisation des échanges et l’arbitrage sur la mer des Philippines occidentales. Une double face avec la Chine qui n’est pas sans conséquences pour les agriculteurs.

“Le gouvernement devra affirmer fermement la protection de notre juridiction sur la mer des Philippines occidentale, mais aussi sur la commercialisation des produits chinois (y compris ceux que nous pouvons produire) dans notre territoire”.

Les 18 et 19 novembre derniers, l’organisation Stop Exploitation a dépêché une délégation d’Ilocos pour participer à la Caravane Humaine contre la mondialisation qui a eu lieu à Manille afin de protester contre le sommet de l’APEC et sa politique de libéralisation des échanges.

Traduction : Aliénor Simon
Source (Zofia Leal/Bulatlat) : Ilocos Farmers to China President : « You are not welcome here »
Photo : Christine Vaufrey/Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.