AlterAsia

Culture

Thaïlande : le ministère de la Culture interdit un film à la demande des extrêmistes bouddhistes

Abat

Le ministère de la Culture de Thaïlande a interdit un film d’horreur se concentrant sur la vie d’un moine adolescent après que le film a provoqué l’émoi parmi les extrémistes bouddhistes qui ont prétendu que ce film insultait le bouddhisme.

Le 12 octobre dernier, Sahamongkol Film International, une société thaïlandaise de production cinématographique, a publié un tweet pour informer le public qu’elle devait reporter la sortie sur les écrans du film « Abat » («infraction» dans la langue Pali, la langue sacrée du bouddhisme Theravada). Ce film est actuellement interdit par le Film and Media Screening Committee (le comité du Département de la Promotion Culturelle du ministère de la Culture), qui a informé le producteur et le distributeur que le film devait être modifié avant de pouvoir être projeté. Initialement, le film devait sortir au cinéma le 15 octobre.

Le film, produit par Sahamongkol Film International et la Baramyou Company, parle d’un adolescent délinquant qui a été forcé par ses parents à se faire ordonner moine bouddhiste, mais poursuit son mode de vie laïc habituel, tout en entretenant une relation sexuelle avec une jeune femme, qui lui révèlera les sombres secrets de son monastère.

Le 23 septembre dernier, cinq organisations bouddhistes (l’Association des érudits pour le bouddhisme ; le Centre de protection du bouddhisme de Thaïlande ; l’Association des femmes bouddhistes ; le Réseau de protection de la nation, de la religion et de la monarchie et le Réseau bouddhiste), avaient envoyé une déclaration conjointe au ministère de la Culture et aux producteurs. Elles demandaient au premier de regarder le film et aux seconds de se ré-interroger sur le caractère approprié de sa projection dans le pays. Selon elles, le contenu du film manifeste un manque de respect envers le bouddhisme et les moines bouddhistes du pays et il est « sans valeur ». Sathien Wipornmaha, le responsable de l’Association des érudits pour le bouddhisme, a affirmé au site d’informations Matichon que le film pourrait inspirer de mauvaises intentions visant à «détruire» le bouddhisme et qu’il serait susceptible de provoquer des conflits dans la société thaïlandaise. Les cinq organisations ont également exprimé leur préoccupation sur le fait que l’acteur thaïlandais qui joue le personnage principal du film n’était même pas bouddhiste.

Surapot Taweesak, érudit bouddhiste et philosophe également interrogé par Matichon, n’a de son côté rien trouvé de mal avec ce film : « si vous pensez que ce genre de film est inapproprié, alors vous devriez effacer une grande partie du contenu du Vinaya Pitaka (l’ancien texte bouddhiste sur le code de conduite des moines), car il traite même des rapports sexuels de moines avec des singes femelles ou avec des cadavres ». Il a mentionné que ce n’était pas un secret que certains moines bouddhistes avaient des relations sexuelles, les gens en ont entendu parler dans les médias et ils sont assez intelligents pour distinguer les actions de certains moines des principes bouddhistes. « C’est le 21e siècle. Vous ne pouvez plus cacher la vérité en ne montrant qu’un seul aspect des choses et empêcher la société d’en parler sous d’autres angles », a déclaré l’universitaire bouddhiste.
Il a ajouté que l’appel à interdire le film montrait un « manque de tolérance » et un manque de respect envers la liberté d’expression, ce qui va ironiquement à l’encontre des principes de liberté de pensée du bouddhisme même.

Traduction : Thomas Courtial
Source (/Prachataï) : Thai Culture Ministry bans film at request of Buddhist hardliners

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.