AlterAsia

Environnement

Philippines : une réforme agraire qui intensifie l’accaparement des terres

philippines_reforme_agraire

Pour les fermiers, permettre aux étrangers de posséder la terre à 100% et prolonger le programme de réforme agraire du gouvernement signe leur arrêt de mort.

La Chambre des représentants a adopté en seconde lecture la semaine dernière la résolution N°1 des deux Chambres ou Loi de Modification de la Charte. La résolution vise à lever les dispositions économiques protectionnistes de la Constitution pour accorder aux étrangers la propriété à 100% de terres, d’industries, de medias et d’autres ressources. En attendant, le Projet de Loi 4296 visant à étendre le Programme Complet de Réforme Agraire (CARP) pour deux années encore sera probablement adopté par la Chambre en séance plénière avant l’ajournement du 11 juin.

Le Kilusang Magbubukid ng Pilipnas (KMP) estime que la levée de la règle 60-40 pour la propriété des terres grâce à la Modification de la Charte ouvrirait la voie à la possession à 100% des terres par les étrangers tandis qu’une extension du CARP garantirait la protection des intérêts étrangers dans l’agriculture.

Rafael Mariano, président du KMP, se demande « où le Cha-Cha (Modification de la Charte) d’Aquino va trouver les terres à vendre aux étrangers ? » Le groupe dit s’attendre à « une augmentation des revirements de la réforme agraire, des exemptions et une nouvelle concentration des terres sous le Cha-Cha d’Aquino ». Pour lui, « les législations jumelles d’Aquino contre les paysans, les projets de Loi Cha-Cha et d’extension du CARP, vont nécessairement aggraver les accaparements de terres et les expulsions forcées de fermiers à la campagne ».

Sur la base des contrôles effectués par le groupe de réflexion indépendant, Ibon Foundation, des sociétés étrangères de 14 pays différents ont des intérêts agro-industriels aux Philippines, en grande partie pour la production d’aliments et de bio-carburants. Certaines de ces sociétés ont signé des baux ou des concessions couvrant des milliers d’hectares dans différentes parties du pays.

Investissements étrangers soutenus par la Banque mondiale

Au cours d’une conférence de presse le 2 juin, Mariano a indiqué que des baux comme ceux des sociétés américaines Dole et Del Monte concernant 200 000 hectares seraient convertis en propriété à 100 % dès l’approbation de la Modification de la Charte. Il a ajouté que le « CARP a servi de couverture légale pour les accaparements de terres par des locaux ou des étrangers avec des soi-disant accords de cession-bail et partenariats agro-industriels. »

D’autres sociétés agro-industrielles étrangères se penchent déjà sur des investissements aux Philippines. Selon un rapport du Wall Street Journal posté par farmlandgrab.org, la Banque Mondiale et l’Agence de Coopération Internationale du Japon préparent une enveloppe de prêts d’un montant de 250 millions de dollars pour soutenir l’investissement étranger dans l’agriculture rien que pour le Mindanao.

Ce même rapport citait John Perrine, président du groupe exportateur de bananes Unifruitti, disant que les compagnies étrangères dans l’attente de l’enveloppe de prêts s’étaient engagées à investir un total de 366 millions de dollars dans environ 18 700 hectares. D’après Perrine, parmi ces sociétés figurent Jinwon and Chalmers, de Corée du Sud, qui prévoit une bananeraie de 2 000 hectares pour 61 millions de dollars ; Volcafe, société basée aux Etats-Unis, filiale de ED&F Man, qui propose d’installer une plantation de café sur 4 000 hectares et Kennemer Foods Int, basé aux Etats-Unis, fournisseur du chocolatier Mars, qui étudie un projet de production de cacao. Deux sociétés japonaises envisagent également de développer 4 000 hectares de bananes et 2 700 hectares d’ananas.

Pendant ce temps, un rapport de Davao Today révèle que le Conseil Philippin du Développement de l’huile de palme a proposé une feuille de route pour le développement sur dix ans de 300 000 hectares de palmiers à huile, principalement à Mindanao.

Josephs Canlas, président de Alyansa ng Magbubukid sa Gitnang Luson (AMGL) affirme que le projet Apeco couvrant plus de 12 000 hectares de terres dans la province d’Aurora et le projet de Clark Green City sur plus de 9 000 hectares à Tarlac attireront des investisseurs étrangers. Il a ajouté que les deux projets ont déjà causé le déplacement de fermiers et de populations indigènes. Le KMP a annoncé une série de protestations la semaine suivante contre la modification de la Charte et l’extension du CARP.

Traduction : Edith Disdet
Source (Ronalyn V. Olea / Bulatlat) : Charter change, agrarian reform extension to intensify land grabs, according to farmers group
Photo : Ronalyn V. Olea / Bulatlat

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.