AlterAsia

Environnement

Philippines : les écologistes s’insurgent contre le projet de centrale électrique au charbon à Palawan

Kalikasan

« Aucune entreprise ayant un bilan social et écologique aussi catastrophique que DMCI ne devrait être autorisée à créer des projets dangereux pour l’environnement »
 :
 les écologistes Philippins se révoltent après l’autorisation du gouvernement de confier la construction d’une usine au charbon à DM Consuji Inc. (DMCI), dans la province de Palawan, considérée comme un des derniers territoires préservés du pays.

Le 28 mai dernier, le Conseil du Palawan pour le Développement Durable (CPDD) a établi un Plan Environnemental Stratégique donnant l’autorisation à DMCI d’établir une centrale électrique au charbon de 15 mégawatts dans la municipalité de Narra. Le CPDD a donné son accord deux jours après celui du conseil provincial. Ce Conseil est une entité administrative créée par le Republic Act 7611 ou Strategic Environmental Plan for Palawan Act (SEP). Il est en charge de la gouvernance, de l’orientation des mesures politiques et de leur mise en œuvre.

Selon 

Leon Dulce, coordinateur au sein de l’ONG Kalikasan-People’s Network for Environnement (Kalikasan-PNE), cet accord est « un coup sérieux à notre héritage national et naturel ». « DMCI a un certain penchant pour profiter de la destruction de notre environnement et de l’héritage de notre pays, depuis ses résidences hôtelières Torre de Manila qui sont un affront à l’importance culturelle du Rizal Shrine jusqu’à son projet de centrale au charbon à Narra, menaçant les ressources naturelles uniques et les merveilles du Palawan », ajoute-t-il.



Le groupe environnemental Palawan Alliance for Clean Energy (PACE) dénonce également la décision du CPDD comme « un mépris éhonté du Conseil à l’égard de sa mission première, à savoir la protection de l’environnement » : 

« Nous dénonçons le fait qu’il n’y ait eu aucune délibération ni débat au sein du Conseil dès lors que le gouverneur Jose Alvarez a obtenu l’accord des élus locaux, dont le maire de Puerto Princesa et la municipalité de Narra qui se sont consciencieusement tus lors du vote de la résolution », écrit le groupe dans une déclaration.

De plus, PACE explique que le groupe DMCI n’a pas soumis d’évaluation d’impact sur l’environnement auprès du Réseau des Zones Ecologiquement Sensibles, un organisme multi-sectoriel créé pour conseiller les administrations locales dans la protection, la gestion et l’utilisation des ressources du Palawan.
 : « Nous dénonçons le passage en force de l’entreprise pour l’obtention des permis locaux, du plus petit comité de quartier aux municipalités et de la juridiction provinciale jusqu’au Conseil du Palawan pour le Développement Durable. Toutes ces procédures sont une parodie du processus consultatif et participatif nécessaire à l’établissement de tels permis et un non-respect total des procédures du CPDD ».



En juin 2013, le conseil municipal de Narra avait voté une résolution s’opposant à la construction de cette centrale. De nombreux groupes écologistes s’y étaient également opposés et luttaient contre sa construction.




Le passif de DMCI aux Philippines



Kalikasan-PNE déclare que les projets de DMCI ont « créé une fracture économique et sociale, une destruction environnementale, une pollution majeure et des violations des droits humains ».

– 

le 30 avril dernier, l’activiste environnemental John Calaba, de l’organisation des peuples indigènes KIDUMA et issu du peuple Manobo, était porté disparu. On craint sa mort après avoir été vu pour la dernière fois en compagnie de membres d’organisations paramiliataires qui servent de gardes pour DMCI sur son site de la province de Sultan Kudarat. 

Leon Dulce cite d’ailleurs d’autres projets de DM Consuji Inc. :



– la Zambales Diversified Metals Corp., une filiale de DMCI Mining, fait partie des entreprises tenues pour responsables de la pollution des eaux et des fermes qui touche les communautés de pêche de Santa Cruz, dans la province de Zambales.

– la centrale au charbon de Calaca, acquise par DMCI Power en 2007, provoque des problèmes respiratoires et affecte les poissons de Calaca, dans la province de Batangas ; et ce, malgré l’usage de « technologies au charbon propres ».


- La mine de charbon de Semirara, dans la province d’Antique, « provoque une pollution considérable néfaste pour la communauté et l’environnement marin » explique Dulce.


- M&S Inc. et Silvicultural Industries, toutes deux propriété de DMCI, procèdent à des abattages au cœur des domaines de sylviculture de la province de Sultan Kudarat depuis 1989, sur un total de 24 380 hectares.


- South Davao Development Co., également filiale de DMCI, a détruit près de 1 247 hectares de terre à la recherche d’or et de cuivre.



« Aucune entreprise ayant un bilan social et écologique aussi catastrophique que DMCI ne devrait être autorisée à créer des projets dangereux pour l’environnement », conclut Dulce.

Traduction : Hugo Carayon
Source (Dee Ayroso / Bulatlat) : Green Groups blast Palawan Council nod to DMCI coal plant
Photo : Rassemblement devant le siège de DMCI lors de la Journée Mondiale de l’Environnement le 5 juin 2015. Credit : 350 .org

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.