AlterAsia

Environnement

Phnom Penh, des centaines de familles relogées… après 10 ans d’attente

andong_cambodge

Environ dix familles ont emménagé lundi 4 mai 2015 dans leurs nouveaux logements de la périphérie de Phnom Penh, près d’une décennie après avoir été expulsées de force du centre-ville, avec plus de 1000 autres familles. Elles devraient être suivies par près de 500 foyers, qui ont vécu ces trois dernières années le long d’un égout à ciel ouvert.

La communauté de Sambok Chap a été expulsée de la commune de Tonle Basac (quartier de Chamkar Mon, Phnom Penh) en juin 2006 et envoyée vivre sur 1,5 hectares de terres marécageuses à 20 km du centre-ville, dans le quartier de Prek Pnov dans une communauté appelée « Nid d’oiseau » (photo). Des parcelles de 4 sur 6 mètres dans le nouveau site de Kok Roka dans la commune d’Andong avaient été promises aux 1 039 familles expulsées mais seulement 522 familles ont effectivement reçu ces terres tandis que les familles restantes ont été contraintes de s’installer aux abords d’un canal d’évacuation des eaux usées.

En 2012, la mairie et l’ONG chrétienne People for Care and Learning (PCL) a investi dans un nouveau site à 5 millions de dollars pour reloger les familles avec le projet d’y construire maisons, routes, un système d’évacuation des eaux usées et des équipements publics. Le site est situé à environ un kilomètre de ce qui est maintenant désigné comme le vieux village d’Andong.

Lors d’une cérémonie présidée par le ministre de l’Intérieur Sar Kheng et le gouverneur de Phnom Penh Pa Socheatvong, la mairie et PCL ont lancé lundi 4 mai la phase finale du développement de ce site de 2,7 hectares.

« Notre attention se porte sur les personnes qui ont été relogées dans des bâtiments de fortune à proximité des canaux d’évacuation des eaux usées et des rives » a déclaré M. Kheng dans son discours au cours de l’événement. Il a affirmé que le projet commun « Construire une ville » reflétait l’engagement pris par la mairie et le gouvernement national de résoudre les problèmes qui découlent du développement vertigineux du Cambodge.

« La communauté du nouveau village d’Andong devrait servir de modèle », a-t-il continué. Au cours de son discours, M. Socheatvong a assuré que le canal d’évacuation des eaux usées du vieux village d’Andong ne serait bientôt plus qu’un souvenir pour les 517 familles laissées à l’écart des négociations de 2006.

« La municipalité de Phnom Penh a dû acheter 2,7 hectares de terres pour y construire des maisons et le coût a été divisé entre People for Care and Learning et la mairie » a-t-il précisé, expliquant que 450 maisons avaient été construites sur le nouveau site depuis 2012 mais n’avaient pas été équipées avec les commodités nécessaires jusqu’à maintenant.

Contacté par téléphone lundi 4 mai, le porte-parole municipal Long Dimanche a annoncé que les familles qui vivaient jusqu’ici le long des égouts avaient commencé à emménager dans leurs nouvelles maisons ce lundi : « Aujourd’hui, 10 familles sont parties vivre dans leur nouvelle maison et nous allons installer les autres familles progressivement car leurs maisons ne sont pas encore achevées » a-t-il conclu.

Traduction : Elsa Favreau
Source (Khy Sovuthy / The Cambodia Daily) : After Long Wait, Families from « Birds Nest » Begin Move
Photo : Manfred Hornung / Heinrich-Böll-Stiftung / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.