AlterAsia

Economie

En Thaïlande, à Chiang Mai, le rassemblement du 1er mai interdit

L’armée thaïlandaise a interdit la manifestation organisée par les travailleurs le 1er mai à Chiang Mai. Pour se justifier, elle a invoqué la situation politique toujours tendue dans le royaume.

Ce rassemblement était prévu dans la province de Chiang Mai, au nord du pays, le 1er mai au matin, jour de la fête internationale du travail. Selon le Prachatham News, cinq organisations devaient conduire la manifestation : la Workers Solidarity Association (Association des travailleurs solidaires), la Migrant Workers Federation (Fédération des travailleurs migrants), la Textile, Garment and Leather Workers’ Federation (Fédération des travailleurs du textile et du cuir), la Thailand Electronic and Electric Appliance Workers’ Federation (Fédération thaïlandaise des travailleurs de l’appareillage électronique et électrique) et la Federation of Jewelry and Accessory Workers (Fédération des travailleurs du bijou et de l’accessoire).

Initialement, une centaine de personnes devaient y participer. Il était prévu qu’elles convergent vers le siège du gouvernement provincial depuis le parc Lanna Rama 9 dans le centre-ville. Une lettre comportant l’ensemble des demandes des différentes organisations devait être remise au gouverneur de Chiang Mai. Cependant le rassemblement a été annulé à la demande de l’armée. Il ne fut permis qu’à trente membres des syndicats de soumettre leur lettre au gouverneur.

« Nous avions demandé la permissions [d’organiser cette marche] à la 33è Division de l’armée, mais les militaires ont refusé en invoquant la situation politique jugée encore trop instable. Ils craignaient que ce rassemblement n’engendre des troubles [politiques]. [Ils nous ont dit] que s’ils autorisaient notre rassemblement cela créerait un précédent et que d’autres groupes demanderaient à leur tour l’autorisation de se rassembler », a témoigné l’un des représentants syndicaux.

Dans sa lettre, le groupe appelle le gouvernement à ratifier les conventions fondamentales n°87 et n°98 de l’Organisation mondiale du travail. Celles-ci garantissent le droit des travailleurs à se constituer en organisations syndicales pour négocier avec les employeurs et offrir une protection aux syndicalistes.

Le groupe à l’origine de la marche interdite du 1er mai insiste sur le fait que le gouvernement doit également fournir des mécanismes d’application de la loi pour faire en sorte que les employeurs ne puissent pas exploiter les travailleurs en violant les lois relatives au travail.

Les syndicalistes demandent aussi que les responsables locaux et le gouvernement offrent des droits égaux aux travailleurs étrangers et aux travailleurs thaïlandais, sans aucune discrimination et prennent des mesures concrètes pour lutter contre toute forme d’exploitation.
Les syndicats ajoutent que chaque travailleur devrait aussi recevoir un salaire décent qui soit indexé sur l’inflation et sur un coût de la vie qui augmente dans le pays. Ceci devrait permettre aux travailleurs de protéger leurs familles et d’offrir des opportunités d’évolution.

Traduction : François Vezier
Source (Prachataï): Thai military forbids labour rally in Chiang Mai

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.