AlterAsia

Environnement

En une visite, Hun Sen met fin à un conflit foncier de vingt ans

Une dispute foncière datant de vingt ans a connu son épilogue le 15 avril dernier à Siem Reap.

Le Premier Ministre, Hun Sen, a annoncé que le gouvernement avait décidé de rendre à des centaines de familles de la commune de Slakram, plusieurs terrains attribués à l’Autorité pour la Protection du Site et l’Aménagement de la Région d’Angkor (APSARA) depuis 1995. Une annonce effectuée lors d’une visite dans la province de Siem Reap à l’occasion d’Angkor Sankranta, les festivités du Nouvel An. « Je ne peux pas déplacer toutes ces personnes car elles vivent sur ces terres depuis très longtemps. Si nous les déplaçons, elles n’auront plus de toit et nous n’aurons plus personne pour travailler au développement de cette zone », a-t-il déclaré.

Le chef de la commune de Slakram, Khieu Sort, a expliqué que 699 familles vivent actuellement sur ces terres, mais que le conflit avec l’autorité Apsara concerne 1120 familles au total. Certaines revendiquent cultiver les parcelles agricoles depuis les années 1980. Le conflit a démarré en 1995 lorsque le Conseil des Ministres a attribué, par sous-décret, 1070 hectares de terre à l’autorité Apsara pour que celle-ci y développe des infrastructures touristiques. Apsara est l’entité gouvernementale qui gère aussi le parc archéologique d’Angkor.

Lors de son discours, Hun Sen a ordonné au gouverneur de la province et à l’autorité provinciale d’aménagement du territoire le redécoupage de la concession. Une partie de cette concession sera ensuite cédée à un nombre de familles. « Une fois la concession partagée, nous construirons une route large de plus de 10 mètres et longue de 2500 mètres pour les familles de la commune de Slakram », a-t-il ajouté. En revanche, il n’a pas précisé la taille de la parcelle attribuée aux familles, ni le nombre de familles qui pourront en bénéficier.

Le gouverneur de la Province de Siem Reap, Khim Bunsong, a confirmé que la parcelle serait officiellement cédée aux familles après les vacances du Nouvel An, soit le 16 avril dernier. «Smdech Hun Sen a d’ores et déjà signé l’accord, et nous allons très vite travailler avec l’autorité Apsara afin de redécouper de la concession», a-t-il précisé.

Bun Narith, directeur général d’Apsara, n’a quant à lui pas encore reçu de confirmation formelle : « Je ne sais pas si nous devrons céder des terres aux familles ou pas, je n’ai toujours pas vu passer de décision officielle ».

Sau Nath, un homme de 57 ans qui possédait une terre agricole de 20 mètres x 40 avant d’être forcé de la céder, s’est dit soulagé qu’un tel accord puisse enfin être trouvé : « Nous pensions ne jamais pouvoir récupérer nos terres ».

Plus nuancé, Ny Chakrya, chef de surveillance au sein du groupe de défense des droits Adhoc, craint que cette annonce ne soit qu’un coup politique : « Je pense que le Premier Ministre Hun Sen a annoncé la cession des terres dans l’idée de faire grimper sa côte de popularité (…). Mais je m’inquiète encore du futur, car il peut restituer les terres aux familles aujourd’hui, puis les leur retirer sur un coup de tête un autre jour afin de les rendre à Apsara ».

Traduction : Guilhem Cavaillé
Source (Aun Pheap/Cambodia Daily) : With One Visit Hun Sen Ends Twenty-year Land Dispute

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.