AlterAsia

Politique

Surveillance sur Twitter en Malaisie, l’arroseur arrrosé

mkhmarketing_flickr
Gerakan Hapus Akta Hasutan (GHAH) a lancé une campagne incitant les utilisateurs de Twitter à dénoncer l’Inspecteur général de la police (IGP) Khalid Abu Bakar pour harcèlement suite à des mois de menaces émises en ligne, en le signalant à Twitter.

Depuis la répression au nom de la loi sur la sédition, en août dernier, l’Inspecteur général de la police a, par l’intermédiaire de Twitter, pris l’initiative de dicter ce qui peut ou ne peut pas être dit en ligne, au point de se comparer à un ‘arbitre’ des réseaux sociaux.

Ses tweets, demandant à la Police royale malaisienne d’enquêter sur des gens comme Zulkiflee Anwar Haque (le caricaturiste Zunar), le député d’opposition YB Tony Pua et Eric Paulsen (directeur de Lawyers for liberty) pour avoir exprimé leurs points de vue sur des questions d’actualité, sont un abus des réseaux sociaux.

Les réseaux sociaux ont créé un nouvel espace pour la démocratie participative, où les citoyens peuvent interagir avec les personnes au pouvoir sur un pied d’égalité. La liberté d’exprimer leurs opinions dans cette sphère en ligne doit être protégée. Contrairement à cet esprit, l’Inspecteur utilise Twitter pour émettre des menaces d’investigation policière contre des individus. Or, critiquer ou remettre en question des autorités telles que Jakim (l’autorité religieuse), la police et le système judiciaire n’est pas un crime mais une partie intégrante d’une société démocratique et un droit inscrit dans la Constitution fédérale.

La semaine dernière, l’IGP a fait plusieurs déclarations se défendant d’harcèlement sur Twitter tout en admettant qu’il visait les politiciens et les dirigeants d’ONG ayant un grand nombre de ‘followers’. En fait, il semble qu’il ait agi selon les exigences de la police en ligne du parti au pouvoir, l’UMNO, sans même vérifier les messages incriminés, comme dans le cas d’un tweet fabriqué de toute pièce impliquant P. Ramasamy, député et ministre en chef de Penang. GHAH lui demande donc d’agir avec impartialité et professionnalisme lorsqu’il envoie ses officiers enquêter sur des crimes, au lieu de poursuivre des individus simplement pour leur opposition aux autorités.

Dans un effort pour protéger les utilisateurs de Twitter de ce harcèlement continuel, les Malaisiens doivent dénoncer le pseudo Twitter de l’IGP, @KBAB51, en suivant les étapes indiquées sur le site de Twitter pour signaler un abus en ligne. Les règles et politiques de Twitter indiquent clairement que les utilisateurs « ne doivent pas se livrer à un comportement inapproprié ciblé, ni à du harcèlement » et prend en compte si « le comportement signalé est unilatéral ou inclut des menaces ». L’IGP a violé ces règles et en le bannissant, Twitter rendra sa plate-forme plus sûre pour les Malaisiens de s’exprimer librement sans crainte de persécution par le chef de la police.

Traduction : Damien Eschbach
Source (Aliran) : GHAH urges Twitter users to report the IGP to Twitter for harassment
Photo :

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.