AlterAsia

Politique

Pétition internationale pour la protection de la liberté universitaire en Thaïlande

thammasat_etudiants

Veuillez trouver ci-dessous une pétition pour la liberté universitaire initiée par un groupe d’étudiants thaïlandais aux Etats-Unis. Nous espérons recueillir des signatures d’universitaires concernés en dehors de la Thaïlande et la lire au cours du forum sur la déclaration des droits de l’homme et de la bonne gouvernance quotidienne en Thaïlande à l’Université de Harvard, le 6 mars. Pour ceux qui soutiennent cette pétition, envoyez votre nom et adressez-la au Dr Tyrell Haberkorn dès que possible.

En tant qu’observateurs internationaux de la Thaïlande, nous sommes solidaires de nos collègues qui ont condamné le licenciement sommaire du Dr. Somsak Jeamteerasakul par l’Université Thammasat, le 23 février 2015.

Nous avons observé avec une inquiétude croissante comment l’espace pour la liberté d’expression a diminué de manière radicale en Thaïlande depuis le coup d’Etat du 22 mai 2014 par le Conseil national pour la paix et l’ordre (NCPO). En s’engageant avec le NCPO pour attaquer le Dr. Somsak Jeamteerasakul, l’administration de l’Université de Thammasat a renoncé à sa responsabilité de protéger la liberté universitaire et de développer la pensée critique.

Même si la liberté universitaire ne mérite pas une protection supérieure à celle du droit à la liberté d’expression de tous les citoyens, l’impact de sa destruction pendant une période de dictature est particulièrement grave car cela empêche les étudiants et les chercheurs ; ceux pour qui le travail quotidien est de penser aux connaissances et ses répercussions ; d’imaginer et de travailler pour revenir à un régime démocratique fondé sur la protection des droits et des libertés.

Pendant plus de vingt ans, le Dr Somsak Jeamteerasakul a été professeur au département d’Histoire et a formé et inspiré de nombreux étudiants de l’Université Thammasat. En tant qu’intellectuel public, il a produit une importante quantité de travaux sur l’histoire thaïlandaise moderne qui a eu un impact et a remis en question la société thaïlandaise au-delà des murs de l’université.

Sa prise de position critique a mis mal à l’aise ceux qui détiennent le pouvoir, et en 2011, il a été accusé par l’armée d’avoir violé l’article 112, l’article du code pénal qui traite de la présomption du crime de lèse-majesté. En février 2014, il y a eu une tentative d’assassinat contre lui quand des hommes armés ont tiré sur sa maison et sa voiture avec des armes automatiques.

« Penser différemment n’est pas un crime »

Inquiet pour sa vie et sa liberté à la suite du coup d’Etat de mai 2014, le Dr. Somsak a fui le pays. Par la suite, il a été convoqué par la junte, et comme il ne s’est pas présenté, le NCPO a ordonné un mandat d’arrêt à son encontre et sa comparution devant un tribunal militaire, pour examiner les violations des ordres de la junte placées. En décembre 2014, il a présenté sa démission. Toutefois, plutôt que d’accepter sa démission, l’université de Thammasat a licencié l’universitaire.

Nous sommes solidaires de nos collègues qui mentionnent, qu’au minimum, le Dr Somsak Jeamteerasakul devrait être autorisé à faire appel de la décision de l’université de Thammasat de le congédier sans préavis. De plus, il devrait être autorisé à lutter contre les poursuites juridiques qui pèsent contre lui devant un tribunal pénal civil et non un tribunal militaire.

Nous appelons également l’Université Thammasat et toutes les universités de Thaïlande à jouer un rôle actif et de premier plan dans le soutien de la liberté universitaire et la liberté d’expression au sens large.
Penser différemment n’est pas un crime. Si une personne ne peut pas le faire dans l’enceinte des murs de l’université, espaces d’apprentissage et de poursuite de la vérité, alors l’espace de le faire en dehors de ces murs diminuera aussi.

Traduction : Elodie Prenant
Source (NM Contributor / New Mandala) : Academic freedom in Thailand
Photo : Etudiants allumant une bougie sur le Campus de Thammasat, en soutien à Somsak Jeam.
Aussi : Liste des signataires

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.