AlterAsia

Société

Lettre ouverte en Malaisie : s’habiller décemment n’arrêtera pas le viol !

femmes_malaisie

Le groupe d’action conjointe sur l’égalité des genres (JAG) s’interroge sur le récent sermon du vendredi par le JAIS (Département Islamique et Religieux de Selangor) portant sur la liberté et la dignité (Aurat : Antara kebebasan dan maruah diri).

L’un des points soulevés lors de ce sermon concernait l’habillement des femmes. Ainsi les femmes doivent se couvrir pour éviter tout harcèlement et abus sexuels de la part des hommes (Wanita hendaklah menutup aurat Supaya terhindar daripada gangguan seksual dan penganiayaan Oleh lelaki yang tidak bermaruah dan bermoral).

Depuis plus de 25 ans, le JAG travaille sur la question de la prévention de la violence contre les femmes, y compris contre les violences sexuelles, que ce soit directement avec des victimes ou par la mise en place d’une réforme législative.

La réalité sur le terrain est tout simplement qu’aucune femme ou enfant n’est à l’abri de viols ou d’autres formes de violence sexuelle. Les centaines de victimes avec lesquelles le JAG a travaillé au fil des ans sont principalement des femmes et des enfants issus de groupes d’âge, d’origine religieuse et ethnique, de nationalité, d’handicaps et de milieux socio-économiques différents.

Leurs expériences ainsi que les recherches sur le viol montrent que les auteurs d’agression sexuelle choisissent leurs victimes en fonction de l’occasion (c’est-à-dire, personne autour et personne pour arrêter les agresseurs) et la vulnérabilité des victimes (c’est-à-dire, leur incapacité à s’affirmer ou à riposter, leur incapacité à témoigner et l’idée selon laquelle personne ne les croiront comme étant victime).

Il est bien évident pour les personnes travaillant avec les victimes de violence sexuelle qu’une tenue décente et modeste n’empêchera pas une agression sexuelle. On trouve de nombreux exemples partout dans le monde – y compris en Malaisie – où des femmes et des filles (mais aussi des hommes et des garçons) sont sexuellement violés indépendamment de leurs tenues vestimentaires.

Dans ces nombreux cas, l’acte de violence sexuelle n’est pas uniquement sexuel, il s’agit d’un abus de pouvoir avec l’intention de contrôler et d’humilier la victime. Les violences sexuelles ont lieu, non pas en raison de la tenue vestimentaire ou de l’apparence physique de la victime, mais parce que les auteurs choisissent d’abuser du pouvoir qu’ils ont sur leurs victimes.

Lorsque l’on préconise une tenue décente et modeste comme un moyen de prévention des agressions sexuelles, cela berce tout d’abord les femmes dans un faux sentiment de sécurité. Il s’agit d’un acte inconscient et dangereux car les femmes ont besoin avant tout d’informations précises pour se protéger.

Deuxièmement, cela encourage les victimes à se sentir coupables et cela aboutira concrètement – en raison de la peur d’être jugées ou de ne pas être crues – à un arrêt total d’appel à l’aide et de soutien, dont pourtant elles ont besoin.

Troisièmement, cela nie la responsabilité de l’auteur de l’agression qui, de fait, devrait être tenu responsable de ses actes délibérés et non la victime. A ce propos, la déclaration de YB Chong Eng (chargée de la jeunesse et des sports à Penang et présidente de Penang Women’s Development Corporation, PWDC) sur cette question réitère la préoccupation de JAG selon laquelle les victimes ne devraient pas être jugées, ce qui permettrait une meilleure compréhension de la question.

Par ailleurs, le JAG salue tous les efforts pour mettre fin aux violences sexuelles contre les femmes et les enfants. Cependant, nous devons nous attaquer aux causes profondes donnant naissance à cette culture de la violence sexuelle dans le pays.

De ce fait, la méthode à suivre pour comprendre ce phénomène culturel doit aborder les éléments suivants : l’encouragement de l’agression et de la violence masculine envers des femmes ; la sexualisation de la violence ; la faible, voire l’absence totale de considération de la femme en tant qu’être humain ; l’accusation envers les victimes et le pardon des agresseurs.

Le chemin vers la fin de la violence sexuelle et le soutien aux victimes pour obtenir réparation est long. Mais, nous devons TOUS nous mobiliser pour aller de l’avant.

Cette lettre est approuvée par les organisations suivantes :
– Centre des femmes pour le changement, Penang;
– Persatuan Kesedaran Komuniti Selangor;
– Les femmes de Perak pour une société pour les femmes;
– Groupe d’action et de ressource des femmes de Sabah;
– Organisation d’aide envers les femmes;
– Association des femmes juristes ;
– Soeurs d’Islam; et
– Société d’action pour toutes les femmes.

* Le docteur Prema Devaraj est consultante du programme pour Centre des femmes pour le changement et pour le Groupe d’action conjointe pour l’égalité des genres de Penang (JAG). Le docteur Prema Devaraj est également un membre du comité exécutif d’Aliran.

Traduction : Aliénor Simon
Source (Aliran) : Modest attire will not prevent rape
Photo : Brian Yap

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.