AlterAsia

Environnement

Une mission internationale dénonce un accaparement des terres massif aux Philippines

philippines_dolores

« Les forces agricoles productives – des milliers de fermiers et des populations indigènes de Tarlac et Pampanga – sont détruites au nom de développements immobiliers conçus pour les affaires, au détriment des personnes”. C’est la conclusion d’une mission paysanne de recherche internationale (IFFM) qui a dénoncé “un accaparement massif des terres”, des modifications de l’utilisation de la terre et des violations des droits humains de la part du gouvernement et de compagnies privées dans deux « grands projets coûteux », dans les provinces de Tarlac et Pampanga, (Luzon Centrale).

La mission a demandé au Président Aquino de stopper les projets de Clark Green City, mené par l’Autorité du Développement de la Reconversion des Bases (BCDA). Il s’agit d’un Partenariat Public–Privé de l’administration Aquino, prévu pour s’élever dans l’ancienne base aérienne américaine O’Donnel à Capas (Tarlac). Le projet Alviera, mené par la société Ayala Land Inc., se situe dans le village d’Hacienda Dolores à Porac (Province de Pampanga). Les deux zones sont situées dans les montagnes Zambales.

Ces deux projets, qui visent à développer des méga zones intégrées d’utilisation mixte, serviront d’extension au Grand Manille, déjà congestionné. Mais ils ont déjà des répercussions négatives sur les moyens d’existence des habitants sur place et déplaceront finalement des milliers de paysans et d’indigènes. L’IFFM a conclu qu’ils empiétaient en effet sur des milliers d’hectares de terres ancestrales des tribus Aetas ainsi que sur des terres agricoles productives et abondantes que les paysans cultivent depuis des décennies, et dont certaines ont déjà été concernées par la réforme agraire du gouvernement.

Le rapport de l’IFFM déclare que les résidents d’Hacienda Dolores souffrent car leurs fermes – seule source de revenus – ont été clôturées et il leur est interdit d’y accéder. Deux leaders paysans ont été abattus cette année à Hacienda Dolores et on a supposé que leurs meurtres étaient liés à leur opposition au projet Alviera.

« Les forces agricoles productives sont détruites au nom de développements immobiliers conçus pour les affaires, au détriment des personnes”, précise le rapport de l’IFFM présenté le 20 novembre au Balay Kalinaww à l’Université des Philippines. « Ces projets ne sont que drame et malédiction dans les vies des fermiers et des Aetas » ajoute le rapport.

Print Friendly

Pages : 1 2

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.