AlterAsia

Environnement

Indonésie : quels effets pour la fusion entre le ministère des Forêts et de l’Environnement?

cifor_forest_indonesia Daniel Murdiyarso, chercheur au Centre pour la recherche forestière internationale (CIFOR), explique les atouts et les inconvénients de la récente fusion entre le ministère de l’Environnement et celui des Forêts. Selon lui, cette décision pourrait affaiblir la volonté politique de s’orienter vers un vaste programme intersectoriel, mais aussi consolider la compétence du gouvernement sur les forêts.

Au niveau administratif, le fonctionnement de ce super-ministère dirigé par Mme Siti Nurbaya, une politicienne avec une vaste expérience des gouvernements régionaux et centraux, pourrait être retardé par la nécessité de « démêler », en amont, les ramifications de chaque bureaucratie.

Au niveau de l’environnement, premièrement, le ministère devra donc enfin s’attaquer aux causes des feux de forêts et à leur prévention, notamment à Sumatra et dans le Kalimantan, plutôt que de se renvoyer la balle avec un autre ministère.
Deuxièmement, les forces et les faiblesses des deux anciens ministères pourraient se compléter mutuellement, notamment en termes de ressources financières et humaines : des lois environnementales fortes sont par exemple affaiblies quand les ressources, y compris en matière d’expertise, sont insuffisantes pour les mettre en application.
Troisièmement, un seul ministère pourrait être politiquement plus puissant que deux plus petits ministères, à condition que les ressources disponibles soient mobilisées pour répondre aux nouveaux objectifs communs.

1+1 ≠ 2

Cependant, il reste des défis. Premièrement, avec un seul ministère axé sur les forêts, est-ce que la protection de ces dernières ne sera pas éclipsée par d’autres priorités, comme l’aménagement agraire?
Deuxièmement, ce super-ministère sera-t-il en mesure de surmonter les «guerres de territoire» ? Les six ex-directions générales du ministère des Forêts ne seront pas facilement harmonisées avec six autres unités du ministère de l’Environnement.
De plus, orchestrer de nombreux instruments juridiques, comme la loi n°41/1999 sur la foresterie et la loi n°32/2009 sur la protection et la gestion de l’environnement, ne sera pas une tâche facile. Il faudra un leadership fort pour synchroniser les anciennes mesures prises. Et gagner la confiance des parties prenantes exigera des preuves en un temps opportun. De même, il sera de la responsabilité de la société indonésienne d’aider le ministère à rester concentré sur ses priorités.

Cette fusion est un moment potentiellement charnière pour l’avenir des forêts de l’Indonésie. Il est à espérer que le nouveau ministère gardera non seulement les paysages forestiers de l’Indonésie au sommet de l’ordre du jour, mais fournira les ressources et l’influence qu’il faut pour équilibrer les forces face aux bénéfices économiques, élevés, tirés des forêts.

Résumé : AlterAsia
Source : CIFOR, via Eco-Business

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.