AlterAsia

Politique

Jokowi cherche à faire ressurgir le passé maritime de l’Indonésie

navires_indonesie

Les étrangers, tout comme la plupart des Indonésiens, analysent l’Indonésie pour sa politique intérieure, son économie et sa cohésion interne avant tout. Mais ceci pourrait changer comme le nouveau Président se tourne désormais vers les océans.

Pour diverses raisons, ce pays musulman le plus peuplé du monde a longtemps fait profil bas en matière d’affaires internationales. Pourtant, l’Indonésie est aussi le plus grand archipel du globe et inclut quatre des détroits les plus stratégiques, Malacca, la Sonde, Lombok et Macassar, par lesquels transitent la plupart des échanges commerciaux entre l’Asie de l’Est, l’Europe et le Moyen-Orient. Cela vaut donc la peine d’accorder un peu d’attention à un thème peu mis en avant par le reste du monde mais qui a été omniprésent dans le discours inaugural du Président Joko Widodo : la mer.

C’est un thème inattendu de la part d’un homme originaire de l’intérieur des terres rizicoles de Java centre qui était réputé avoir un intérêt limité pour les affaires étrangères et militaires. Mais comme il le fait remarquer : « Nous allons devoir travailler très dur pour rendre à l’Indonésie son statut de nation maritime. Les océans, les mers, les détroits et les golfes sont le futur de notre civilisation. Nous avons trop longtemps tourné le dos à ces mers, ces océans, ces détroits et ces golfes. »

Multipliant les références à la mer, il a rappelé l’esprit du Jaleseva Jayamahe, une locution dérivée du Sanskrit qui se traduit approximativement par « En mer, nous triomphons » et qui est la devise de la marine indonésienne.

L’interjection de Jokowi est une reconnaissance du rôle joué par la mer et les marins tout au long des 2 000 ans d’histoire indonésienne : ouverture des routes commerciales reliant des îles aux épices à l’Afrique et première implantation humaine à Madagascar.

Mais il ne se contente pas d’évoquer avec nostalgie le passé lointain marqué par les exploits des régimes de Srivijaya et Majapahit et les prouesses légendaires des marins Bugis de Sulawesi et des constructeurs de bateaux de Surabaya. Il met également en exergue le besoin urgent pour l’Indonésie de remplir son rôle attendu de chef de file de l’Asie du Sud-est maritime tout en protégeant son archipel et en coopérant avec ses voisins maritimes et les puissances étrangères pour assurer la sécurité de la région et se prémunir de la sur-exploitation de ses ressources halieutiques par les locaux ou par les étrangers.

Le chemin à parcourir est long mais Jokowi a déjà pris le départ en nommant Indroyono Susilo, un parent de l’ancien ministre des Finances Sri Mulyani Indrawati, comme ministre coordinateur pour les Affaires maritimes, un nouveau poste dont le mandat s’étend de la pêche aux ports en passant par la navigation inter-îles. Les ministères des Transports, des Affaires maritimes et de la Pêche, du Tourisme et de l’Energie et des Ressources minérales seront sous sa coupe. Donnant encore un peu plus de poids à l’accent mis sur le maritime, le ministre coordinateur pour les Affaires politiques et la sécurité est un ancien chef d’état-major de la marine.

Jokowi a également engagé un transfert de dépenses de la Défense de l’armée de terre vers la marine. Pendant des décennies, l’armée de terre a été le cœur de la puissance militaire indonésienne en raison de son rôle dans les combats pour l’indépendance, de son rôle politique et militaire pendant les 30 années de pouvoir du Président Suharto et dernièrement, de son engagement pour la sécurité intérieure dans les provinces d’Aceh et d’Irian et autres points chauds.

Print Friendly

Pages : 1 2

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.