AlterAsia

Politique

Manifestation à Phnom Penh contre l’accord des refugiés en provenance d’Australie

Des centaines de moines et d’activistes ont manifesté à travers Phnom Penh ce vendredi 17 octobre pour appeler à l’annulation de l’accord signé le mois dernier avec l’Australie. Cet accord prévoit que des réfugiés cherchant l’asile en Australie pourront être réinstallés au Cambodge.

Dans le cadre de cet accord, le gouvernement australien devrait remettre 35 millions de dollars d’aide au Cambodge en échange de la réinstalleation d’un nombre indéterminé de réfugiés pour l’instant retenus dans le centre de rétention offshore de l’Australie, situé sur l’île du Pacifique Sud, Nauru.

Des politiciens de l’opposition et des avocats droits de l’homme dans les deux pays ont condamné cet accord et accusé l’Australie de faillir à ses obligations auprès des réfugiés. Aux portes de l’Ambassade australienne de Phnom Penh ce vendredi, la protestation continuait.

« L’Australie était connue pour sa démocratie et sa défense des droits de l’homme », affirme Oeur Narith, un activiste de l’opposition CNRP, dans un méga-phone attaché à un tuk-tuk faisant face à l’Ambassade. « Mais plus maintenant. Le monde entier peut voir ce que vous faites (…). Vous passez des accords avec un pays connu pour sa corruption et ses violations des droits de l’homme », crie-t-il en direction de l’Ambassade. « Pourquoi faites-vous cela ? »

L’Australie répond que les demandeurs d’asile de Nauru – qui ont tenu leur propre manifestation contre cet accord – ne viendraient au Cambodge que sur une base volontaire. Dans une récente interview, le ministre de l’Intérieur Sar Kheng a toutefois dit douter du nombre de réfugiés désireux de venir au Cambodge : « c’est notre droit d’être inquiet (à propos de l’accord sur les réfugiés). Mais si nous nous inquiétons trop, cela va créer un problème. Je ne crois pas que ces personnes viendront au Cambodge uniquement parce qu’elles en ont le choix. Si elles ne viennent pas volontairement, l’Australie ne les forcera pas et nous n’avons pas non plus la possibilité de les y forcer. Nous ne prendrons pas de risques ».

D’après Denise Colghan, qui dirige le Mission jésuite des réfugiés à Phnom Penh, malgré les témoignages de demandeurs d’asile qui s’auto-mutilent pour ne pas venir, il n’y a pas de vision globale de la situation à Nauru : « Pourquoi n’entendre que les histoires de ceux qui ne veulent pas venir au Cambodge ? (…). Avec le peu de liberté qu’ils ont à Nauru et la perspective d’y rester pour toujours, certains voudront venir. »

Les quelque 200 activistes qui ont traversé la ville ce vendredi matin, ont distribué des pétitions demandant aux Nations Unies, à l’Assemblée nationale, au Conseil des ministres, au bureau de l’Union européenne et à l’Ambassade des Etats-Unis d’exercer une pression sur le Cambodge et l’Australie pour qu’ils annulent l’accord. Ils portaient des pancartes avec des slogans tels que « Les Cambodgiens ne sont pas des Aborigènes » et « Les demandeurs d’asile ne sont pas des condamnés ».

En dehors de l’ambassade d’Australie, trois citoyens australiens assis à l’ombre critiquent également cet accord. ils ont rejoint la manifestation bien qu’ils travaillent pour une ONG leur ayant demandé de ne pas participer à des activités politiques: « Nous ne resterons pas silencieux quand il s’agit de défendre les droits de l’homme. Je n’ai pas été aussi remonté depuis la manifestation contre Joh Bjelke-Peterson à Brisbane dans les années 80 », se référant au Premier ministre du Queensland, surnommé le « Dictateur Hillbilly », déchu après avoir été reconnu coupable de parjure et de manipulation des élections, déclare l’un d’eux, qui a demandé à rester anonyme.

« J’ai honte de mon gouvernement » , poursuit-il. « Ils ont passé un accord sans transparence, et ils ont donné 40 millions de dollars à un gouvernement qu’ils savent corrompu. En plus, ça veut dire quoi ‘arrêter les bateaux’ ? Nous sommes Australiens, nous sommes tous des boat people ».

Traduction : Marie-Estelle Piard
Source (Khuon Narim & Matt Blomberg/Cambodia Daily) : Hundreds march against Australia refugee deal

Aussi (The Guardian) : L’accord asutralo-cambodgien en chiffres
Sur Alterasia :
L’Australie scelle l’accord sur les réfugiés avec le Cambodge dans le plus grand secret possible
Le Cambodge va accueillir les migrants dont l’Australie ne veut pas, pour 35 millions de dollars

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.