AlterAsia

Politique

Altermidya, nouveau réseau de soutien aux médias alternatifs aux Philippines

19/10/2014 by AlterAsia in Censure, Politique

altermidya-group-photo

Plus d’une centaine de journalistes représentant plus de 30 médias indépendants ont assisté à la première conférence nationale sur les médias alternatifs les 9 et 10 octobre à l’Université des Philippines, qui a donné naissance à un nouveau réseau de médias alternatifs : Altermidya.

Avec le thème « Nouvelle ère, nouveaux défis: le renforcement de la voix du peuple », la conférence a culminé avec la création d’Altermidya, réseau de médias alternatifs pour les citoyens. Altermidya vise à renforcer la coopération et la coordination entre les médias et à renforcer la capacité des médias à amplifier la voix des secteurs marginalisés.

Luis Teodoro, président élu de Altermidya, a déclaré la création du groupe renforcerait le rôle des médias alternatifs dans la société philippine. Selon lui, les médias alternatifs fournissent les informations avec un objectif que les médias dominants, compte tenu de leurs intérêts commerciaux, ne pourront jamais diffuser : servir l’intérêt du public.

« Beaucoup de journalistes dans les médias dominants dépolitisent les questions, ce qui contribue à la dépolitisation de l’audience », a-t-il expliqué, prenant pour exemple, la couverture de la corruption : « Les médias dominants n’ont pas réussi à expliquer ou même refusé d’exposer les racines de la pauvreté, de la corruption, des dynasties politiques. »

Dans son allocution, le professeur Jose Maria Sison, président émérite de l’International Network for Philippine Studies, a déclaré que les médias « anti-populaires » à travers le monde et dans les Philippines tordaient les nouvelles si effrontément, par exemple en couvrant l’impérialisme américain d’un objectif «protection des droits de l’homme», qu’ils fournissaient les écrans de fumée nécessaires au « brouillard de guerre », tout en diabolisant la résistance de masse comme des «actes de terrorisme».

Une tradition révolutionnaire

La conférence a débuté avec la présentation du contexte et de l’histoire de la presse alternative dans le pays : La tradition révolutionnaire des médias alternatifs provient de l’époque coloniale, avec La Solidaridad et Kalayaan de Katipunan. Pendant la période coloniale américaine, la presse communautaire avait plaidé pour l’indépendance des Philippines. Edita Burgos, épouse de feu José Burgos Jr, journaliste et cofondateur des médias indépendants WE Forum et Malaya, et Lourdes Fernandez, ancien rédacteur en chef de Malaya, ont raconté leurs expériences dans la lutte contre le copinage de la presse Marcos.

Un autre intervenant, Satur Ocampo, a examiné les contributions de la presse clandestine dans le mouvement contre la dictature, dont Ang Bayan, Taliba ng Bayan, Balita ng Pilipinas Malayang. Lui et son épouse Carolina Malay écrivaient pour des publications clandestines pendant la loi martiale.

Pour Benjie Oliveros, coordinateur national élu de Altermidya et rédacteur en chef de Bulatlat.com, les médias alternatifs poursuivent cette tradition philippine. Il note, à cet égard, que les groupes membres d’Altermidya ont été lancés par des organisations non-gouvernementales sans intérêts commerciaux. Dans une synthèse, il rappelle enfin que les médias alternatifs d’aujourd’hui utiliseent toutes les plateformes – impression, internet, radio, vidéo, médias sociaux – dans l’exercice de leur devoir, afin de fournir une information alternative et des analyses.

Selon lui, s’il est positif que la plupart des médias alternatifs soient utilisés comme sources d’information par les professionnels des médias dominants, il est nécessaire d’élargir la portée des organisations de médias alternatifs. Parmi les participants, huit médias basés autour de la capitale, Northern Dispatch, Davao Today, Bicol Today, Radyo Sagada, les émissions de radio Camarines Norte, Sorsogon, Albay, Davao, Nueva Ecija, Aurora, Dumaguete, Cebu, Tacloban, Cagayan de Oro, et les groupes vidéo Southern Tagalog Exposure, Sine Panayano, Kilab Multimedia…

Altermidya a également profité de l’occasion pour faire une position commune sur des questions importantes touchant les médias et le pays. Le réseau a voulu marquer le cinquième anniversaire du massacre d’Ampatuan, en adoptant des résolutions pour une véritable liberté de l’information, contre la loi sur la cybercriminalité et soutenir la grève du syndicat Réseau-Davao des employés de Radio Mindanao.

Les membres Altermidya se sont également opposés au changement de la Constitution et ont demandé des comptes à l’administration Aquino pour les cas de corruption.

Source : Bulatlat

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.