AlterAsia

Culture

Le ministère de la Culture déploie une nouvelle stratégie pour revitaliser les arts au Cambodge

danseuse_apsara

Mardi 30 septembre, le ministère de la Culture a présenté sa première stratégie de politique culturelle, un plan ambitieux qui inclus l’installation de centres culturels provinciaux, le lancement de l’éducation artistique dans les écoles, la tenue annuelle d’événements culturels et la promotion d’artistes individuels.

En s’adressant à un public composé des représentants des principales organisations culturelles et artistiques du pays et de plusieurs ministres, les fonctionnaires du ministère de la Culture ont énoncé leur plan qu’ils espèrent être un tournant pour les arts au Cambodge.

« La déclaration écrite de cette Politique Nationale Culturelle indique clairement que cette dernière doit servir de base et de boussole pour lier la culture au développement national économique.

« Mais le ministère lui-même ne peut pas faire tout le travail. Nous avons besoin que toutes les parties prenantes travaillent ensemble pour réaliser cette politique », a déclaré la ministre de la Culture, Phoeurng Sackona, ajoutant que le plan pouvait prendre une dizaine d’années, voire plus, pour s’implanter.

« Le premier pas sera la session de travail, dans deux semaines, au cours de laquelle toutes les organisations culturelles seront invitées à échanger des idées avec l’équipe ministérielle ».

Lors du rendez-vous de mardi, les questions ont vite tourné autour de l’argent. Phoeurng Sackona a souligné que les ONG ne sont pas les seules à court de deniers – le budget 2014 du ministère s’élève à 12,1 millions de dollars, soit 0,33% des 3,4 milliards du budget gouvernemental de l’année.

D’après Long Ponnasirivath, directeur général du département Administration et Finances du ministère de la Culture, le ministère prévoit de se servir de plusieurs stratégies pour lever des fonds. Ces stratégies vont de la création de partenariats pour favoriser les entreprises produisant des biens tels que l’artisanat traditionnel, à l’accès au financement international à travers des programmes de jeunesse. Elles essaieront aussi d’encourager les pagodes bouddhistes à créer des centres d’arts et de culture.

« C’est très encourageant » dit Kang Rithisal, directeur exécutif de l’ONG Amrita Performing Arts, après la rencontre, où plus de 200 personnes étaient présentes. « J’adore l’idée que l’existence d’une politique va encourager plus de financement ».

« Ils comprennent le potentiel… que le secteur privé, les ONG, la société civile peut aider à réaliser. A trop être dans la confrontation, on perd du temps et de l’énergie à faire ce que nous devons faire. Mais ‘l’union fait la force’, c’est là que le progrès se développe », dit-il.

Suon Bun Rith, un consultant de l’ONG Cambodian Living Arts, dit qu’il prévoit de suggérer une stratégie supplémentaire au ministère lors des prochains forums. Maintenant que le pays a sa propre classe d’hommes d’affaires prospères, le ministère devrait envisager de faire appel à eux aussi, dit-il.

« Le ministère pourrait jouer un rôle crucial en tant que facilitateur » en invitant les chefs d’entreprises cambodgiens à s’asseoir avec les organisations artistiques, dit-il. Ils pourraient alors discuter de comment les spectacles culturels et autres activités artistiques peuvent s’intégrer dans leurs business plans.

Le projet de formuler une politique culturelle a débuté en 2009 par une suggestion de l’UNESCO, dit Anne Lemaistre, directrice de l’UNESCO au Cambodge. D’innombrables réunions et de nombreux brouillons ont finalement mené à un texte de 80 pages, qui a récemment été réduit à un document de 10 pages approuvé par le Conseil des Ministres le 18 Juillet dernier, dit-elle.

« Il sagit d’un document-cadre très large, explique Phoeurng Sackona dans une interview après la rencontre de mardi. « Nous allons maintenant développer un plan directeur et un plan d’action pour chaque article mentionné, complété par des indicateurs et des résultats projetés sur la première année, sur les cinq premières années, et ainsi de suite ».
Ces plans stratégiques se traduiront en étapes concrètes pour « livrer tout cela aux communautés locales », a précisé Ek Bunta, le Directeur-Général-adjoint des affaires culturelles.

« La politique culturelle est liée aux politiques locales et les programmes doivent servir les Cambodgiens, même si elles ne font qu’aider les gens à apprécier leurs propres culture et artistes », dit-il.

Traduction : Marie-Estelle Piard
Source (Kuch Naren & Michelle Vachon/Cambodia Daily) : Ministry rolls out new strategy to revitalize Arts
Photo : jaroslavd / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.