AlterAsia

Politique

L’Australie scelle l’accord sur les réfugiés avec le Cambodge dans le plus grand secret possible

refugies_australie_cambodge

Le gouvernement australien tente de tenir secret l’accord de réinstallation des demandeurs d’asile tant décrié.

C’était un présage terrible. Lorsque le ministre de l’Immigration australien Scott Morrison s’est assis avec le ministre de l’Intérieur cambodgien Sar Kheng, un serveur maladroit a accidentellement renversé un plateau de flûtes de champagne. Les verres se sont brisés et ont éclaté au sol au moment où les deux ministres scellaient le sort de centaines de réfugiés.

C’est allé de mal en pis alors qu’aucun des deux ministres ne voulait ni révéler les détails de l’accord ni répondre aux questions de douzaines de journalistes, énervant ainsi le corps de presse cambodgien qui se sent évidemment très concerné par le programme australien qui enverrait au Cambodge des réfugiés actuellement à Nauru et en Papouasie-Nouvelle-Guinée.

Un agent de la sécurité cambodgien est intervenu, demandant aux journalistes d’arrêter de poser des questions et de garder le silence pendant que les serveurs se regroupaient et que l’assemblée de diplomates trinquait à ce protocole d’accord. Au lieu de parler à la presse, une page A4 de commentaires a été distribuée, forçant les journalistes à la prendre en photo avec leurs smartphones. C’est un peu léger.

Après sept mois de discussions, les gouvernements australien et cambodgien ont trouvé un accord sur le transferts de refugiés « sur une base volontaire et en accord avec la convention des réfugiés ». Un accord largement critiqué par les associations de défenses des droits de l’homme.

Selon les termes de cet accord, le Cambodge acceptera uniquement les demandeurs d’asile classifiés comme réfugiés qui acceptent de venir au Cambodge. Il y a actuellement 206 réfugiés reconnus sur 1 233 demandeurs d’asile à Nauru et 44 réfugiés sur 1 084 boat-people sur l’île de Manus. Le Cambodge compte à ce jour 70 réfugiés et 20 demandeurs d’asile.

« Un certain nombre de ces réfugiés qui se trouve en réel besoin de protection pourra maintenant avoir l’opportunité et le soutien nécessaire pour ré-établir leurs vies à l’abri des persécutions », indique le communiqué.

Il est dit que l’Australie supportera les coûts directs de l’accord et « le renforcement des capacité de construction » et de travail pour son implantation avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Refugiés (UNHCR).

Le communiqué dit aussi qu’un « petit groupe de réfugiés » entreprendrait un premier essai « qui sera suivi par d’autres réinstallations en accord avec les capacités du Cambodge ».

Pas plus de détails n’a été fourni sur combien de personnes, pour quel coût ou quand cela aura lieu.

Le gouvernement australien a été embarrassé par cet accord dès le début. Cet accord a été annoncé à la fin d’une conférence de presse commune fin février par le ministre des Affaires étrangères cambodgien Hor Namhong au cours de la visite de son homologue australien Julie Bishop, qui avait choisi de ne rien ajouter.

Le statut du Cambodge comme l’un des pays les moins développés et sa réputation en matière de corruption en fait une destination peu recommandable, selon les groupes de défense des droits de l’homme qui ont critiqué cet accord bien avant sa signature.

Print Friendly

Pages : 1 2

Tagged ,

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.