AlterAsia

Politique

Phnom Penh cherche à vider ses trottoirs des vendeurs à la sauvette et des vagabonds

vendeur_phon-penh

Une campagne de la mairie de Phnom Penh pour nettoyer le centre-ville des vendeurs ambulants et des mendiants – bien que la ville ne dispose pas de système adéquat pour accueillir ces personnes – a dégénéré le week-end dernier.

Après l’échec d’une descente en juin dernier, la mairie avait déclaré que ce type d’actions ne recommenceraient plus tant qu’un plan viable d’accueil ne serait pas développé. L’annonce a été faite après les plaintes de deux ONG – qui avaient pourtant accepté d’aider la municipalité – contre ses méthodes, consistant à embarquer enfants et personnes âgées dans des fourgons.

Depuis, il y a eu quelques tentatives sporadiques pour débarrasser les rues des mendiants et des vendeurs à la sauvette. Mais les efforts se sont intensifiés dimanche dernier, lorsque des gardes de sécurité ont été dépêchés dans le quartier réputé de Daun Penh afin d’éliminer des rues les vagabonds, et ont arrêté 27 personnes.

Selon Kim Vutha, le chef de la sécurité du quartier, ses agents continuaient d’arrêter les vagabonds à Pchum Ben afin de “maintenir l’ordre public et la sécurité des citoyens”.

Mais on ne sait pas où ces personnes ont été emmenées.

Sorn Sophal, directeur du département municipal des affaires sociales, a déclaré que ces détenus avaient été “rééduqués” et ne sont plus à l’heure actuelle entre les mains des autorités : “Nous les avons déjà envoyé aux ONG pour qu’ils reçoivent une éducation et une formation. Je ne me rappelle plus du nom de ces ONG”, a-t-il répondu.

Toutefois, les deux ONG qui s’étaient associées à la mairie pour aider les vagabons, Pour un Sourire d’Enfant (PSE) et Mith Samlanh, ont déclaré ne pas être au courant lundi du sort du groupe de personnes arrêtées.

James Sutherland, coordonnateur des communications internationales pour Friends International, une organisation partenaire de Mith Samlanh, pointe un manque de communication entre les autorités et les ONG. “Mith Samlanh et PSE sont supposées travailler en étroite collaboration [avec les autorités] sur cette question et nous allons continuer à travailler avec elles, bien que cela soit frustrant”, a-t-il déclaré.

Pour le directeur de PSE, Pin Sarapich, la police et les forces publiques, et non les gardes de sécurité du quartier, doivent mener la campagne : “nous voulons travailler avec la mairie et nous ne voulons pas que des personnes soient blessées ou tout simplement arrêtées sous prétexte qu’elles vivent dans la rue », a-t-il affirmé.

Source (Khuon Narim et Holly Robertson/Cambodia Daily) : City steps up sweep of street people for holiday

Traduction : Aliénor SIMON
Photo : nimboo / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.