AlterAsia

Environnement

Le « White Building”, un témoin du patrimoine cambodgien à sauvegarder

white-building_phnompenh

Dans un article paru le 3 Septembre dans le Cambodia Daily, la mairie de Phnom Penh a appelé à la démolition du “White Building”. La réponse de Vuth Lyno, directeur artistique de Sa Sa Art Projects, une communauté d’art expérimental basée dans le “White Building”.

La destruction du « White Building » reviendrait à détruire un site important du patrimoine urbain, et l’une des communautés de production artistique les plus dynamiques du Cambodge.

Construit dans les années 1960, et connu à l’origine sous le nom d’”Appartements Municipaux”, ce bâtiment a été le premier modèle de logements sociaux pour des artistes, des fonctionnaires, des familles à faible revenu aussi bien que des classes moyennes.

Sa construction soutenue par le dernier roi Norodom Sihanouk, faisait partie d’un vaste projet appelé “Front de la rivière Bassac” confié au célèbre architecte Vann Molyvann. Tout un complexe autour du “White Building” incluait les appartements du village olympique (où se trouve maintenant le Phnom Penh Center) – le Théâtre National Preah Suramarit (détruit depuis) – plusieurs salles d’expositions (le hall principal et une des ailes abritent aujourd’hui le Peace Book Center) et l’ambassade de Russie occupe actuellement les Appartements de la Banque nationale.

Un exemple du modernisme khmer après l’indépendance

Aujourd’hui, le “White Building” est un des derniers bâtiments de cette époque encore debout dans le périmètre de Bassac, car la plupart ont été privatisés, détruits ou reconvertis en structures méconnaissables au nom du “développement”. L’immeuble abrite plus de 2500 résidents parmi lesquels des danseurs, des musiciens, des artistes de cirque, des peintres, des plasticiens ainsi que des fonctionnaires et des vendeurs ambulants.

Même s’il semble délabré, le bâtiment est structurellement sain, on peut sûrement en y apportant de sérieuses réparations, le rénover et le restructurer.

Les communautés qui résident au “White Building” sont parmi les plus autonomes et les plus créatives des communautés de Phnom Penh. Par exemple, des campagnes de nettoyage, des cours d’anglais et d’informatique ont lieu régulièrement, ainsi que des événements culturels comme la Fête du Village en Janvier au cours de laquelle 50 résidents font des démonstrations de danse, de musique, de photographies, de films et des représentations devant un auditoire de plus de 1000 personnes.

Parce que le “White Building” n’est pas seulement un exemple du modernisme khmer durant la période dorée de l’après indépendance, mais également le siège d’une production artistique continuelle par une communauté forte et autonome, le gouvernement et les promoteurs privés ont l’opportunité de créer ici un aménagement urbain intelligent, valorisant la célèbre architecture khmère tout en améliorant les conditions de vie des citoyens cambodgiens à la hauteur de la richesse de la créativité de son capital humain… et c’est possible.

Traduction : Michelle Boileau
Photo : Jonas Hansel / Flickr
Source (Cambodia Daily) : The White Building is still significant and should be saved

Le site du White Building

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.