AlterAsia

Société

La question du genre enseignée à l’Université royale de Phnom Penh

femme_pecheur_cambodge

Des études sur la question du genre seront incorporées dans le curriculum de la plus grande université cambodgienne afin de modeler les opinions des meilleurs étudiants du pays au sujet du rôle de la femme au sein de la société.

Un programme pilote débutera au sein du département de géographie de la Royal University de Phnom Penh (RUPP). Tous les étudiants de première année devront suivre un cours qui s’étendra sur 15 semaines. Ce cours abordera des sujets tels que le féminisme en Asie, la violence liée au genre et la sexualité, ont récemment annoncé des éducateurs et des experts lors d’un atelier traitant de ce cours.

A partir de 2016, certains éléments de ce cours seront étendus aux autres départements. Ces éléments devront être approuvés par le Comité d’Accréditation du Cambodge. Tous les cinq ans, ce Comité évalue les programmes de chaque université publique.

D’après Ros Sopheap, directrice exécutive de Gender and Development for Cambodia (Genre et Développement pour le Cambodge, GADC), l’ONG a travaillé avec la RUPP pendant quatre ans afin de mettre en place ce programme.

« Le Cambodge est une société patriarcale et [il y a] une vraie discrimination. Même si notre société est à présent très ouverte comparée à ce qu’elle était il y a 10 ans, il y a beaucoup de domaines où demeure un réel fossé. La violence à l’encontre des femmes, ainsi que la violence domestique [par exemple], sont toujours très importantes », a-t-elle expliqué lors de l’atelier de mercredi à Phnom Penh.

Hay Saing, conférencier au département de géographie à la RUPP, a émis le souhait que tous les étudiants voulant devenir professeurs par la suite transmettent à leur tour à leurs étudiants les valeurs concernant l’égalité des sexes.

Min Seiha, doyenne associée à l’Université du Cambodge, a précisé que l’université propose actuellement un seul cours sur les études du genre, mais qu’elle envisageait d’en faire un diplôme.

Plusieurs étudiants de la RUPP, dont Sreng Channarath (19 ans), soutiennent ce projet : « [Cela aiderait] à encourager les femmes à participer à la société, à se montrer courageuses et à leur laisser une chance de prouver aux hommes que les femmes ne leurs sont plus inférieures. »

Traduction : Caroline Robert
Source (Holly Robertson et Sun Heng/Cambodia Daily) : Gender Course to be piloted at Royal University
Photo : WorldFish / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.