AlterAsia

Politique

Samakki Raingsey Wat, la pagode de Phnom Penh qui offre l’asile aux pauvres

samakki-raingsey

Quelques jours après que le gouvernement cambodgien a vendu leurs terres à une société de caoutchouc, 200 villageois ont trouvé refuge à la Pagode Samakki Raingsey, à Phnom Penh. Cette pagode est déjà connue pour accueillir une majorité de moines issus de la minorité Khmer Krom.

Quelques jours après que le gouvernement a vendu leurs terres à une société de caoutchouc vietnamienne, 200 villageois du quartier de Snuol, dans la région de Kratie ont vu leurs maisons incendiées par les autorités et ont été expulsés.

Ils sont allés à Phnom Penh pour trouver des explications sur la vente de leur terre et une solution à leur relogement.

Déja refoulés de deux pagodes auprès desquelles ils recherchaient refuge et assistance, ils ont marché par des chemins de traverse jusqu’à la Pagode Samakki Raingsey à la périphérie de Phnom Penh. Refuge par ailleurs bien connu des opposants politiques et des marginaux – 60% des moines de la minorité “Khmer Krom” (les Khmers d’en bas) y ont trouvé asile.

Ils n’ont pas été les premiers à faire ce choix.

La pagode a été fondée par un moine Kmer Krom Yoeung Sing – le premier à marcher sur le chemin du Monastère Samakki Raingsey – las de lutter pour trouver un logement à Phnom Penh après sa fuite du Vietnam dans les années 1980.

La minorité Khmer Krom est une ethnie du Cambodge qui vit désormais dans le Sud du Vietnam et qui a longtemps été humiliée à cause de sa langue et la religion bouddhiste – de la part du gouvernement Vietnamien.

Selon le moine en chef âgé de 34 ans, Seang Sovannara, le Vénérable Yoeung Sing aurait subi toutes sortes d’exactions au Kampuchea – “Même les pagodes ne l’acceptaient pas parce qu’il était Khmer Krom”.

Il a de ce fait réuni des fonds en provenance de sympathisants au Cambodge et à l’étranger, acheté une grande parcelle de terre aux abords de la ville sur la commune de Stung Meanch et la construction a débuté.

« Le Vénérable Yoeung Sing a construit Samakki Raingsey “pour les gens qui n’ont nulle part ailleurs où aller, sans discrimination sociale ou de race, ajoute Seang Sovannara au milieu de la cour de cette construction inachevée.

« Son nom signifie : l’unité sous la lumière qui brille.”

Alors que beaucoup de pagodes vivent des dons des riches fonctionnaires du gouvernement, le Wat Samakki Raingsey, selon ses moines, recueille principalement l’argent auprès des membres de l’opposition – “le seul moyen de collecter des fonds des pays étrangers amoureux comme nous de la démocratie. En effet, même si nous pratiquons la religion nationale, aucune subvention ne nous est accordée” ajoute Seang Savannara, assistant du vétéran Yoeung Sin, jusqu’à la mort de ce dernier en 2010.

Il ajoute que même si la pagode n’a d’affinités avec aucun parti, un lien privilégié existe avec le RPC qui par le passé à participé à de nombreuses cérémonies.

“Les Khmers Krom”” luttent pour la liberté, les gens de Kratie luttent pour leur terre, le RPC en est conscient et aide la pagode” déclare Um Sam An député de l’opposition en visite lundi au monastère Samaki Raingsey pour soutenir les villageois.

Mr. Liv Lek qui a fondé un foyer ici, a déclaré avoir été formé par la C.I.A. entre 1964 et 1972 afin de débarrasser le Sud Viêtnam des communistes. Maintenant âgé de 74 ans et prêtre laïc à la pagode, il raconte que Yoeung Sin et lui ont été ordonnés dans des pagodes voisines du Sud Viêtnam dans la région de Soc Trang et qu’ils ont travaillé ensemble en tant qu’agents de la C.I.A.

Il aurait fui le Viêtnam clandestinement en 1989 et déclare que jusqu’en 2010 après le refus américain à sa demande d’asile et des rumeurs sur le fait que les Vietnamiens le recherchaient, il ne s’est plus jamais senti en sécurité et a été reconnaissant de l’invitation à s’installer à Samakki Raingsey.

“Il y a eu un nouveau chef et plusieurs personnes avaient des points de vue variés, mais j’ai été invité car le chef voulait un Kmer Krom”, selon M. Lek.

La protection de la pagode et la communauté Khmer Krom l’ont aidé à se reconstruire mais tout a été remis en cause après l’arrivée des villageois de Kratie, la pression médiatique et les mesures de sécurité qui ont suivi. “C’était un abri sûr avant, ça l’est moins maintenant” ajoute-t-il.

“Mais il n’y a pas de problèmes avec les réfugiés, ils ont suivi le même chemin que mon ami Yoeung Sin et moi il y a plusieurs années.

“le Vénérable Yoeung Sin a construit la Pagode afin de fuir toute forme de répression – pour lui-même et pour tout le monde”, conclut-il.

Source (Mech Dara et Matt Blomberg/Cambodia Daily) : Phnom Penh Pagoda Offers Haven for the Marginalized
Traduction : Michelle Boileau
Photo : DR

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.