AlterAsia

Société civile

La liberté de la presse vue par les journalistes de l’Asie du Sud-Est

seapa

L’Alliance de la presse de l’Asie du Sud-Est [Southeast Asian Press Alliance SEAPA] a demandé aux journalistes de cette partie de l’Asie de partager leurs points de vue sur la liberté de la presse.

Leurs réflexions, publiées en ligne, font partie intégrante de la campagne pour la promotion et la protection de la liberté d’information. Les opinions exprimées par ces nombreux reporters soulignent les défis continuels, voire les difficultés croissantes, auxquels la presse est confrontée dans cette région du monde. Cette campagne est également là pour nous rappeler que les journalistes sont nos avocats les plus efficaces. Soutenir leur cause, c’est contribuer à rendre meilleur l’ensemble de la société.

Commençons avec Win Tin, un vétéran du journalisme et le plus ancien prisonnier politique de la Birmanie, qui nous a quittés le mois dernier. Libéré après près de 20 ans de détention, il n’a eu de cesse de lutter jusqu’à sa mort pour des réformes démocratiques, dont la liberté de le presse.

Ce que nous proposons, c’est que, si loi il doit y avoir, que toutes ces lois servent à promouvoir et protéger – et non réprimer – les média. Si on veut avoir la liberté de la presse, il faut la promouvoir.

Le Cambodgien Ghep Navin insiste sur la nécessité de garantir la sécurité des journalistes :

L’information, c’est comme notre nourriture quotidienne. Notre mission de journalistes, c’est de collecter l’information de partout pour que les gens puissent savoir. Mais nous semblons à présent trop occupés à nous garder en sécurité, à nous protéger des menaces, des agressions ou de l’assassinat.

Pour Argentina Cardoso, originaire du Timor oriental, les médias servent l’intérêt général :

La liberté de la presse est le meilleur moyen d’exprimer l’intérêt public pour obtenir une société, un pays et un ensemble régional meilleurs.

La Thaïlandaise Pirongrong Ramasoota s’intéresse au rôle que tiennent les médias dans la promotion de la vérité et de la transparence :

La liberté de la presse est un outil essentiel pour dévoiler la vérité souvent ensevelie dans un pays peu transparent comme la Thaïlande.

Pour sa part, la Birmane Nai Nai met en garde contre l’auto-censure :

Avoir des restrictions légales à la liberté de la presse, c’est déjà mauvais. L’auto-restriction, c’est pire.

Quant à Rhaydz Barcia, elle s’inquiète des meurtres perpétrés contre les journalistes aux Philippines :

Hélas, depuis la restauration de la démocratie aux Philippines en 1986, les assassinats dans les médias sont toujours présents, et le pouvoir reste impuissant à juguler ces meurtres insensés.

Le Malaisien Koh Jun Lin compare, lui, la liberté de la presse au le petit garçon [du conte Les habits neufs de l’empereur d’Hans Christian Andersen] qui s’écria : “L’Empereur est nu !”

Lire la suite

Print Friendly

Tagged , , , , ,

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.