AlterAsia

Politique

Cambodge : nouvelle arrestation de trois représentants du textile

textile-cambodge-manifestation

Cette fois ci, c’est dans la province de Kandal que la police a arrêté vendredi 9 mai trois autres représentants syndicaux pour incitation à la grève et manifestation devant leur usine.

Cette arrestation fait suite à l’interpellation la semaine dernière de six représentants d’un autre syndicat à l’Usine Wing Star Shoes, pour le même motif supposé d’incitation à la grève.

Cette intolérance croissante vis-à-vis des manifestants arrive dans le même temps qu’une recrudescence de plaintes des propriétaires d’usines qui accusent le gouvernement d’inefficacité dans la prévention et la gestion de cette vague de mouvements sociaux “illégaux”.

Le chef de la police de la province de Kandal, Eav Chamroeun a déclaré que ces dernières arrestations étaient consécutives à une plainte de l’usine Quint Major au sein de laquelle plusieurs centaines de travailleurs protestent depuis le 23 avril pour la réintégration de 25 salariés licenciés. Selon Mr. Chamroeun, “il semblerait que trois représentants syndicaux aient incité les ouvriers à manifester”.

“Les représentants syndicaux n’ont pas écouté la solution proposée par l’assemblée et ils ont continué en brûlant tous les jours des pneus de voitures et causer des perturbations, a-t-il poursuivi, en faisant référence au conseil d’administration en charge des conflits industriels.

“Les travailleurs non grévistes se sont sentis menacés, une bagarre s’en est suivie et une plainte a été déposée. Arrêtés, ils ont été transférés devant le tribunal”. Mr Chamroeun a refusé de répondre à d’autres questions.

Le procureur de la province, M. Ouk Kimsith, a confirmé que l’affaire était arrivée devant le tribunal et renvoyée dans l’attente d’un supplément d’information qu’il a refusé d’identifier avant de mettre fin à notre interview téléphonique.

Chab Sineang, le directeur de la prison, a déclaré que les trois hommes, Mok Manh, Beav Mannorin et Sok-Vichara étaient bien arrivés vendredi.

Sok Ravuth, président du “Syndicat libre des Travailleurs Kmers”, a déclaré que les trois militants de son syndicat avaient été arrêtés lors de leur interrogatoire au ministère du Travail. Il a dénoncé leur arrestation et annoncé l’organisation d’une marche de protestation dans Phnom Penh jusqu’au ministère et au Bureau du Premier Ministre s’ils n’étaient pas libérés rapidement : “Il s’agit d’une injustice, mes délégués ont fait une grève et une manifestation pacifiques, sans recours à la violence ou atteinte à l’outil de travail. Nous allons donc envoyer mardi, une lettre en ce sens au ministre du Travail.”

Mr Ravuth a signalé que son syndicat avait, dans les quatre jours précédant la grève, envoyé une lettre à l’usine, qui reprenait plusieurs revendications dont le récent licenciement de 25 travailleurs, soutenant leurs collègues dans la rédaction d’une liste de doléances à la direction.

“Dès le début de la grève, poursuit-il, le ministre du Travail a fait deux tentatives de conciliation mais face au refus de l’usine, le conciliateur a été saisi et ordre a été donné aux grévistes de reprendre le travail pour éviter une aggravation du conflit.
“Nous avons demandé aux travailleurs de reprendre le travail le 28 avril, mais ils ont refusé tant que leurs demandes ne seraient pas satisfaites.”

Chheanb Theavy, l’une des grévistes a confirmé que des pneus avaient bien été brûlés et la RN4 brièvement bloquée dans le but de renforcer leurs revendications. Elle déclare aussi que rien n’est décidé : soit la poursuite du mouvement, soit des manifestations, soit un changement de stratégie.

L’arrestation du trio s’est passée moins d’une semaine après une autre arrestation des six représentants syndicaux de Kompong Speu qui assistaient des travailleurs dans leur demande de récupération d’arriérés de salaires et l’obtention meilleurs avantages. Un 7è homme toujours en fuite, est recherché par la police.

L’Association des Fabricants de Vêtements du Cambodge, qui représente plus de 500 entreprises exportatrices a intensifié son appel au gouvernement pour maintenir la loi et l’ordre au milieu d’une série de grèves qui ont tourné à la violence ces derniers mois.

Les Syndicats ont accusé le gouvernement de prendre le prétexte des grèves et de procéder à des arrestations pour les effrayer et les empêcher d’organiser de légitimes actions sociales.

Traduction : Michelle Boileau
Source (Mech Dara/Cambodia Daily) : Another Three Textile Union Reps Arrested
Photo : ILO in Asia and the Pacific / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.