AlterAsia

Culture

Diên Biên Phu, 60 ans après : les fantômes du Vietnam, ma famille et moi

dien-bien-phu

Le 7 mai 1954, la chute du camp français mettait fin à la guerre d’Indochine. Doan Bui est retournée sur ces lieux qui continuent de hanter la société vietnamienne. A commencer par sa propre famille.

Clic, clac, les appareils photo crépitent. Devant le monument à la victoire de Diên Biên Phu, une de ces sculptures monumentales dans un style tout soviétique qui parsèment la campagne environnante, des groupes de touristes vietnamiens prennent la pose. Pas l’ombre d’un Tây (« Occidental »). Le touriste étranger s’aventure rarement jusqu’à cette petite bourgade perchée dans les montagnes du nord-ouest du Vietnam, à une heure d’avion de Hanoi, mais dix heures de route qui tournicote.

Il y a quinze ans, c’était pire. Il fallait deux jours en Jeep, sans compter les crevaisons de pneus, pour y parvenir. J’avais fait le périple, mon sac Decathlon greffé sur le dos me faisait ressembler à Quasimodo. »Em oi [petite soeur] ! Tu es comme les Tây balo [Occidental-ballot] », s’esclaffaient les Vietnamiens, puisque c’est ainsi qu’ils appellent avec drôlerie les routards. Je ne rentrais pas dans la case. Le balo, d’accord, mais Tây, non, pas vraiment, vu ma tête de Viet kieu (Vietnamien de l’étranger), née en France.

Lire la suite (Le Nouvel Obs)

Aussi :
Le Vietnam célèbre l’anniversaire de Dien Bien Phu (Le Monde)
Le Vietnam célèbre l'anniversaire de Dien Bien Phu (Le Monde)
Le Vietnam célèbre la victoire de Diên Biên Phu (AFP/Liberation)

Photo : remittancegirl / Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.