AlterAsia

Politique

Karpal Singh : le Tigre et le Roi

karpal-singh

Portrait de Karpal Singh, le « Tigre de Jelutong » (une ville qu’il avait représentée au Parlement), défenseur reconnu des droits de l’homme en Malaisie décédé d’un accident de voiture en avril dernier, alors qu’il faisait face à un nouveau procès.

Depuis longtemps, les membres du Democratic Action Party (DAP) sont principalement issus de la classe ouvrière urbaine majoritairement chinoise, bien que les principes du parti aient toujours été démocratiques, sans distinction raciale. Karpal Singh, un Punjabi, représentait parmi eux l’homme instruit. Il a appris de ces personnes dont l’instinct de survie compensait largement le fait qu’ils n’avaient pas eu accès à une éducation “formelle”, la sagesse issue du pragmatisme de la rue.

Parmi eux il devint un personnage dominant et dominateur. Déja vénéré sous le nom de “Tigre de Jelutong” il a même déclaré “le Roi c’est Singh” (“Singh is King”). Ceux qui y ont vu une insulte à la royauté, ne pouvaient pas être pris au sérieux. Les Malaisiens avaient parfaitement compris l’interprétation de Karpal qui se référait à un Roi, à la manière d’Elvis Presley ou de Pelé. Plutôt que de l’arrogance ils y ont vu du courage parce que, n’étant pas soumis à la tentation, il n’était pas corruptible par nature.

Si d’aucuns trouvaient son raisonnement plus proche de celui d’un avocat que d’un politicien, il a rencontré autant de succès dans ces deux activités. En tant que politicien, il n’était pas un négociateur, de toute évidence sa formation de juriste l’avait plutôt formaté à une prise de décision basée sur des faits.

Convaincu du soutien des électeurs, et de leur adhésion sans faille à la morale de Karpal Singh, le parti a évité des prises de décisions trop irréalistes, en dépit du jugement de certains jeunes collaborateurs tentés par une politique plus avant-gardiste.

Le même Tigre capable de sauter par dessus un fossé au nom de ses idéaux pouvait refuser de s’engouffrer dans les méandres obscurs de la politique. Au lieu de cela, il se tenait devant la grotte métaphorique de l’ignorance, empêchant le parti d’y entrer, tant qu’il n’en n’aurait pas compris les tenants et les aboutissants.

Il est probable que le parti ait raté quelques opportunités du fait que “Singh is the king”, certaines autres lui ont cependant été salutaires, lui empêchant de se faire mordre par un serpent caché au fond de sa grotte.

Rien n’a vraiment été planifié. C’était uniquement car le Tigre n’était pas le genre de personne avec laquelle le reste du parti pouvait se battre à la légère. Pendant ce temps, se voyant refuser l’abri d’une grotte, plus d’un indécis et d’un Judas ont montré leur vraie couleur, alors que la tempête grondait. Avec le recul, ces situations ont permis au parti de trier ceux qui étaient réellement pour ou contre une initiative majeure avant de s’y engager. A plusieurs occasions, prendre en compte son point de vue a permis de souder le parti jusqu’à ce qu’il est aujourd’hui, en prenant ce qui semble être de bonnes décisions.

Il n’était pas fin stratège. Laissant à d’autres les ronds de jambes et les coups tordus. Il n’allait pas à la confrontation sans raison, mais si un cas se présentait, il était susceptible de jeter un discrédit impressionnant sur ses opposants. Il se battait pour des idéaux, sur lesquels il avait fondé sa politique. En fin de compte il était apprécié pour la justesse de ses idées et son courage.

Print Friendly

Pages : 1 2

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.