AlterAsia

Economie

Cambodge : vague de contrôle des agences de recrutement

ouvriers-batiment-cambodge-oit

Le ministre du Travail vient de lancer une vague de contrôles des agences qui recrutent des travailleurs Cambodgiens pour les envoyer à l’étranger.

Le ministre du Travail, Sam Heng, a déclaré mardi que le gouvernement commençait dès aujourd’hui un contrôle strict des agences qui recrutent des travailleurs Cambodgiens pour les envoyer à l’étranger. Il a également menacé de suspendre ou de révoquer les licences des agences qui ne respecteraient pas la législation du travail.

S’exprimant lors d’un atelier organisé à l’école des Nations, 43 agences de recrutement reconnues se sont exprimées sur les lois régissant leur entreprise.

M. Sam Heng a conseillé aux agences de suivre attentivement (ou scrupuleusement) les huit nouvelles prakas ou directives ministérielles qui ont pris effet l’année dernière :
“Je vous recommande d’être bien préparées, d’avoir une adresse stable et une véritable entité.
“Ce n’est pas une plaisanterie, le gouvernement et le ministère vous tiendront responsables si vous abusez les travailleurs” a-t-il prévenu.
Et d’ajouter : “si les problèmes persistent après deux avertissements, nous annulerons les licences”.

La loi appelée Envoi de Travailleurs à l’Etranger via des agences privées de recrutement vise à responsabiliser les agences de recrutement sur la formation et le traitement des travailleurs migrants et à instaurer un système de réclamation durant leur séjour à l’étranger.

Dans le passé, des travailleurs migrants ont été abusés par les fausses promesses de courtiers malhonnêtes et laissés à la merci de leurs employeurs une fois arrivés à destination. En 2011, suite à une série de rapports sur de graves exactions commises par des employeurs en Malaisie, le Premier Ministre Hun Sen y avait interdit l’envoi de domestiques.

Certaines agences avaient même loué deux appartements seulement pour y loger 60 ou 70 travailleurs. “Ce n’est plus un centre de formation, mais un centre de rétention. (…) Nous ne laisserons pas ces faits se reproduire.””, avait réagi Sam Heng.

Kim Khleang, le coordinateur national à l’organisation internationale du travail (OIT) qui a aidé à la préparation des nouvelles directives, a déclaré que l’OIT ne jouerait aucun rôle dans les inspections. « La liste des points de contrôle n’est pas claire pour nous – mais je comprends qu’elle doit être exactement conforme aux Prakas », a-t-il déclaré. Il a renvoyé  pour de plus amples questions vers M. Max Tunon, coordinateur principal du projet qui n’a pu être présent.

Le ministre du Travail a également refusé de donner un plus large aperçu des aspects sur lesquels porterait le contrôle des agences de recrutement.

Ravi Chaudran, manager d’Unicorn, une agence de recrutement malaisienne, a manifesté son espoir que l’embargo actuel sur l’envoi des femmes de ménage cambodgiennes en Malaisie soit levé. Il a exprimé des doutes quant à l’assurance que ces directives garantiront bien les droits des travailleurs. “Nous sommes une compagnie au comportement exemplaire, et traitons correctement les travailleurs. Cependant, nous sommes toujours perdants! (…) Comme nous le savons, au Cambodge, tout peut s’acheter – aucune des agences locales n’échouera à l’inspection – Ils savent comment faire des affaires”.

Traduction : Michelle Boileau
Source (Cambodia Daily) : Labor Ministry to inspect migrant worker recruitment agencies

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.