AlterAsia

Politique

Un poulet, un morceau de cochon: le prix d’un électeur en Indonésie

06/04/2014 by AFP in Corruption, Politique

indonesie-roupie

Un poulet ou un morceau de cochon: tel est le prix d’un électeur sur l’île indonésienne de Sumba où l’on vit avec peu. Pratique courante dans l’archipel, l’achat de voix y est aussi plus acceptée que la corruption des élites.

Une série d’enquêtes d’opinion publiée avant les législatives du 9 avril montrent que l’honnêteté et la probité sont les vertus auxquelles les Indonésiens sont les plus attachés en politique.
Paradoxalement, ces enquêtes ont aussi révélé que des millions d’électeurs jugent acceptable l’achat de voix, pourtant illégal.

« Cette distorsion (de perception) est réelle », explique Sandra Hamid, responsable pour l’Indonésie de l’Asia Foundation, une ONG spécialisée dans la gouvernance et le développement.

« Les gens ne voient pas cette pratique comme de la corruption. Ils ne comprennent pas qu’en acceptant de l’argent (des candidats), ils contribuent à la corruption », analyse-t-elle.

Selon une étude récente de la fondation, plus de 40% des Indonésiens sont prêts à accepter de l’argent liquide ou un cadeau des mains d’un candidat aux législatives. Une autre étude porte cette proportion à 50%.

« Ils voient des sommes énormes impliquées dans des affaires de corruption à haut niveau, alors quand on leur offre 50.000 roupies (un peu plus de 3 euros), ils pensent +bon, je prends+ », assure Sandra Hamid.

Lire la suite (AFP)
Photo : JasonParis/Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.