AlterAsia

Economie

Enquête sur une plantation de canne à sucre chinoise au Cambodge, pour travail d’enfants

Capture d’écran 2014-04-04 à 17.50.57

Police et associations de défense des droits de l’homme enquêtent sur des accusations concernant une plantation de canne à sucre qui ferait travailler des enfants depuis le mois de décembre dans la province de Preah Vihear.

Police et associations de défense des droits de l’homme enquêtent sur des accusations concernant une plantation de canne à sucre qui ferait travailler des enfants depuis le mois de décembre dans la province de Preah Vihear.

C’est une femme qui travaille pour la Société Y.Heng, nommée Oeu Bunthany, qui a porté plainte auprès de la police locale. D’après elle, plus d’une vingtaine d’enfants entre 10 et 15 ans travailleraient depuis le mois de décembre. Elle accuse également la société Y.Heng, qui dirige une plantation pour la société chinoise Lang Feng, de l’avoir licenciée samedi dernier à la suite de sa plainte. Mme Bunthany a également déposé une plainte lundi auprès d’ADHOC, l’organisation cambodgienne de défense des droits de l’homme.

« J’ai vu tous les jours des enfants travailler sur la plantation.
« Après avoir donné cette information à la police du district, la société Y.Heng m’a renvoyée et prévenue de cesser d’en parler. Donc ce matin, j’ai déposé plainte auprès du bureau régional d’ADHOC », explique-t-elle.

Lor Chan, le coordinateur régional d’ADHOC, déclare qu’il a enregistré la plainte et qu’il enquêtera. Selon lui, « ces enfants ont reçu l’ordre de couper les cannes à sucre et de ramasser du bois mort sur la plantation ».

Les organisations de la société civile estiment qu’il s’agit d’une exploitation du travail des enfants contraire aux conventions internationales, à la législation anti-trafic et à la législation cambodgienne du travail.

La législation du travail fixe l’âge minimum requis pour travailler à 15 ans, mais permet aux enfants de 12 ans d’exercer de menus travaux jugés non dangereux, tant que celà ne perturbe pas leur scolarité.

Prang Thida, le chef de la lutte contre la traite des êtres humains et de la protection de la jeunesse de la police de la région déclare que ses agents ont visité la plantation et qu’ils ont constaté le travail d’une demi-douzaine d’enfants entre 12 et 13 ans.

« Je pense que c’est illégal même si ces enfants reçoivent de l’argent au même titre que les adultes, dit elle. Nous ne connaissons pas les détails et nous allons donc enquêter. S’il s’agit d’une activité illégale nous agirons légalement ».

Traduction : Michelle Boileau
Source (Khy Sovuthy/Cambodia Daily) Sugar Plantation Under Investigation for Using Child Labor

The Cambodian villages destroyed by the sugarcane industry (The Guardian, 8′)

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.