AlterAsia

Politique

Reformasi 2.0 : la contre-attaque d’Anwar Ibrahim

Après sa récente condamnation, Anwar Ibrahim a donné naissance à un nouveau mouvement de protestation en Malaisie : Reformasi 2.0. Témoignage d’une supportrice.

« De la même façon que l’arrestation d’Anwar Ibrahim en 1998 avait donné naissance au mouvement de la Reformasi [La Réforme : mouvement social et politique mis en place par Anwar Ibrahim qui dénonce la corruption, le népotisme et la collusion entre pouvoir politique et grands capitalistes], le récent verdict de culpabilité rendu à l’encontre du leader de l’opposition marque le début du mouvement de Reformasi 2.0 qui vise l’émergence d’une véritable nation malaisienne », selon Syerleena Abdul Rashid, membre d’Aliran.

« Je me suis réveillée, samedi 8 mars 2014, encore sous le choc des événements de la veille : le verdict de culpabilité prononcé par la Cour d’Appel dans le cadre du procès d’Anwar Ibrahim, jugé pour une affaire de sodomie. Après la confirmation du verdict de culpabilité, beaucoup d’entre nous étaient atterrés par l’absurdité de la décision. On aurait pu penser que 15 années auraient été suffisantes pour que les accusateurs prennent conscience de leurs erreurs passées, se ressaisissent et imaginent d’autres façons de traiter avec ceux qui n’adhèrent pas à leurs idées douteuses.

« Nul besoin d’un juriste pour comprendre l’état actuel de notre système judiciaire. Le résultat a bouleversé les 51% (et le nombre continue d’augmenter) de Malaisiens qui ont voté pour le changement.

« Reformasi 2.0 » ne concerne plus uniquement le sort d’un homme. C’est également une question d’élections biaisées et de promesses non tenues. Il s’agit aussi de leur montrer que les Malaisiens peuvent penser par eux-mêmes. Nous savons discerner le bien du mal et ne nous laisserons pas intimider.

« La démocratie est morte depuis longtemps pour les Malaisiens. Elle a disparu lorsque l’élite au pouvoir a décidé de démolir le système politique démocratique en se débarrassant des juges intègres et indépendants qui ne cédaient pas à la corruption.

« Les nombreux scandales, les affaires de corruption, les décès survenus en garde à vue et l’incessante chasse aux sorcières sont autant d’épisodes qui rappellent aux Malaisiens que notre système judiciaire aurait besoin d’une refonte complète si nous voulons voir la démocratie renaître des cendres de la tyrannie actuelle.

« Comme beaucoup de Malaisiens, un sentiment d’angoisse et de frustration m’a submergée. Je me suis sentie perdue. Beaucoup d’entre nous étaient furieux et effrayés par le verdict.

« Nous avons été et sommes toujours en colère de voir que certains peuvent s’en tirer ainsi. L’immense fortune qu’ils ont réussi à accumuler ces dernières décennies en profitant de notre sang et de notre labeur nous laisse un goût amer en bouche.
Nous sommes en colère car le système peut fonctionner – s’il profite à cette élite.
Nous sommes en colère car la criminalité a augmenté et que nous voyons nos confrères Malaisiens souffrir de ce système à deux vitesses.

« Nous voulons que nos hommes politiques se concentrent sur les vraies problématiques telles que la hausse du coût de la vie, notre système d’éducation et bien d’autres questions d’intérêt public.

« Nous avons aussi peur car le verdict peut avoir de grandes répercussions sur nos droits humains fondamentaux. Le système qui est censé nous protéger est gangréné. Nous ne sommes pas en sécurité. En réalité, personne ne l’est à moins d’avoir de l’argent à distribuer. Nous n’en avons pas.

« Certains d’entre nous ne peuvent même pas rembourser leurs prêts étudiants ou se payer une couverture médicale. Nos jeunes diplômés sont incapables de trouver des emplois stables et nombreux sont ceux qui quittent le pays en raison de ce système vicié.

« Nous avons peur car nos élites peuvent utiliser le système à leur avantage pour nous maintenir dans la soumission et le silence.

« Nous voulons que cela change mais les pouvoirs en place vont continuer de bafouer nos droits fondamentaux. C’est un challenge que nous devons relever, ensemble. « Reformasi 2.0 » marque le commencement de la nation malaisienne.

« Mais il y a une différence. Nous ne sommes plus en 1999. Depuis, les Malaisiens ont prouvé qu’ils pouvaient s’unir et dépasser les différences ethniques et de genre pour défendre leurs droits.

« Nous avons maintenant quatre ans pour faire en sorte que la tyrannie appartienne au passé ; quatre ans, c’est assez pour que les Malaisiens influent sur le système politique et fassent revivre la démocratie dans notre nation. « 

Traduction : Elsa Favreau
Source (Aliran) : Reformasi Bangsa Malaysia

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.