AlterAsia

Environnement

L’exode menace les villages flottants du Tonlé Sap

26/03/2014 by AFP in Biodiversité, Environnement

village-flottant-tonle-sap

Des générations de pêcheurs cambodgiens ont vécu dans les villages flottants du Tonlé Sap, le plus grand lac d’eau douce d’Asie du sud-est. Mais la raréfaction du poisson pousse les jeunes à mettre pied à terre, menaçant un mode de vie ancestral.

A trois heures de route de Phnom Penh, Chhnork Trou est un village flottant caractéristique du Tonlé Sap, une vaste langue d’eau nourrie par les eaux du Mékong. Le hameau a son école, son dentiste, son salon de coiffure et sa clinique.

Comme la majorité des centaines de milliers de villageois dont la vie tourne autour du lac, les habitants de Chhnork Trou sont des pêcheurs et des pisciculteurs, qui n’imaginent pas la vie à terre.

« La vie dans les villages flottants, c’est bien mieux », assure le pêcheur Sok Bunlim, 62 ans, né dans ce village où tout le monde, jusqu’aux vendeurs de légumes ambulants, se déplace en barques ou, aujourd’hui, en petit bateau à moteur.

« J’aime vivre sur le lac. Les vendeurs de légumes viennent chez moi, nous n’avons pas besoin d’aller au marché », explique-t-il en ravaudant son filet.
Mais les poissons se font de plus en plus rares.

« Si nous devons aller sur la terre ferme, que vais-je faire? Je ne sais pas planter du riz, je ne sais pas labourer », confie Sok Bunlim.

Le Tonlé Sap offre un moyen de subsistance à plus d’un million d’habitants vivant sur ou à proximité du grand lac, qui compte 149 espèces de poissons, selon la Commission régionale du Mékong (MRC).

Lire la suite

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.