AlterAsia

Politique

La Malaisie rejette les droits des indigènes à l’ONU

baram-protest
La Malaisie rejette une proposition de l’Organisation des Nations Unies : elle refuse qu’un rapporteur spécial de l’ONU sur les populations autochtones visite le pays et évalue le sort des Orang Ulu, rassemblement de 27 tribus aux origines ethniques diverses.

Ceci n’est qu’une des nombreuses propositions rejetées par la Malaisie depuis son examen périodique universel (EPU) à l’ONU en octobre dernier. L’EPU est un processus de révision du bilan des 193 pays membres de l’ONU en matière de droits de l’homme. Il représente l’occasion pour ces États membres d’exposer les actions entreprises pour améliorer la situation des droits de l’homme au sein de leurs frontières.

Avec une prise de position affligeante concernant les droits des communautés indigènes de son pays, le gouvernement malaisien a refusé les dispositions suivantes recommandées par les gouvernements du Danemark, de la Finlande, de la Nouvelle-Zélande, de la Norvège, de la Suède et de la Suisse:

Autoriser la visite d’un rapporteur spécial de l’ONU sur les populations autochtones des peuples indigènes (Danemark) ;

S’assurer que les lois relatives aux populations autochtones, ainsi que leur application, respectent la Déclaration sur les droits des peuples autochtones (Suisse) ;

S’assurer que les droits des populations autochtones et les populations dépendantes de la forêt locale sont respectés dans la loi et dans la pratique, en particulier leurs droits aux terres, territoires et ressources ancestraux (Norvège) ;

Créer une commission nationale pour les peuples autochtones et veiller à ce que les lois, les politiques et leur application soient en conformité avec la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones (Suède) ;

Créer un corps indépendant pour enquêter sur les conflits concernant les terres, les territoires et les ressources (Nouvelle-Zélande) ;

Prendre des mesures, avec la participation pleine et entière des populations autochtones, pour traiter les problèmes soulevés par l’Enquête nationale sur les droits des terres des peuples autochtones (Finlande).

En contradiction avec leur discours habituel, les autorités malaisiennes ont déclaré qu’elles ne se conformeraient pas à la Déclaration de l’ONU sur les droits des populations autochtones et qu’elles ne garantiraient pas la protection des droits coutumiers des autochtones. Elles ont justifié leur prise de position de la manière suivante :

« La Malaisie progresse dans ses démarches pour mieux protéger et respecter les droits de sa population autochtone. Dans cet objectif, SUHAKAM (la Commission malaisienne pour les droits de l’homme) a engagé une enquête nationale indépendante sur les droits à la terre des peuples indigènes. Les résultats et recommandations découlant de cette enquête ont été soumis au gouvernement en août 2013.

« Actuellement, un groupe de travail composé de hauts responsables du gouvernement, de représentants de la société civile et des académiciens s’attèle à déterminer, entre autres, les éléments précis sur lesquels les recommandations des États membres peuvent être mises en place sur le court, le moyen et le long terme. Comme le gouvernement ne souhaite pas présumer des conclusions du groupe de travail, la Malaisie se trouve pour le moment dans l’impossibilité d’accepter ces recommandations »

Le rapport mentionné par le gouvernement a d’abord fait l’objet d’une fuite sur le site d’information en ligne Sarawak Report et n’a pas été diffusé officiellement avant plusieurs mois. Dans ce document, SUHAKAM a vertement tancé les autorités point par point sur la façon dont les droits sur les terres des indigènes ont été gérés. En conclusion, les autochtones de la région auraient été « forcés à devenir des esclaves sur leurs propres terres » par les actions des autorités de l’attribution et de la revalorisation des terres.

En rejetant ces recommandations et en dévoilant ainsi sa position sur les droits des communautés indigènes de Malaisie, le gouvernement malaisien a laissé tomber le masque et choqué l’opinion publique.

Pour consulter la déclaration des Nations Unies sur les droits des populations autochtones dans son intégralité (en anglais), cliquez sur le lien suivant : http://www.un.org/esa/socdev/unpfii/documents/DRIPS_en.pdf

Les communautés indigènes se sont longtemps dressées contre l’abattage illégal d’arbre en Malaisie.

Mme Victoria Tauli-Corpez, rapporteur spécial sur les droits des populations autochtones, n’est pas autorisée à se rendre en Malaisie.

Traduction : Cindy Presnes (Tradadev)
Source (Sarawak Report) : Malaysia rejects indigenous rights at the UN

Photo : International Rivers / Flickr. Protestation contre le barrage de Baram, dans la région où vivent les Orang Ulu.

Print Friendly

Tagged , ,

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.