AlterAsia

Politique

En Malaisie, le leader de l’opposition de nouveau jugé coupable de sodomie

Cartoonkini-Judge-New-6-Mac-2014

L’affaire « Sodomie II », perdue en appel par Anwar Ibrahim, pourrait finalement renforcer la popularité du leader de l’opposition. Même les partisans du gouvernement sont choqués.

Le verdict de culpabilité rendu vendredi par une cour Malaisienne à l’encontre d’Anwar Ibrahim a été reçu avec dérision, y compris par les partisans du gouvernement, qui craignent que cela ne renforce la position politique du leader de l’opposition (PR) et cause des torts à la coalition au pouvoir, le Barisan Nasional. Anwar Ibrahim a été condamné à 5 ans d’emprisonnement, et relâché sous caution dans l’attente du prochain appel.

Cette longue affaire, qui était mise en appel par les procureurs, a été décriée par les organisations internationales de défense des droits de l’homme et les gouvernements comme répondant à des motivations politiques, et corrompue par des indices de mauvaise qualité, les erreurs des procureurs et une longue liste de fautes dans les procédures.

Avant le verdict, l’ONG Human Rights Watch avait évoqué une « parodie de justice » à propos de l’appel du gouvernement. Devant le tribunal, des partisans de l’opposition, en colère, on entamé des chants contre ce verdict.
A l’annonce de la nouvelle, un partisan haut-placé du gouvernement a qualifié le verdict d’ « idiot », affirmant qu’il contribuerait à affaiblir la coalition Barisan Nasional en renforçant la sympathie du public pour Anwar Ibrahim.

« Ils offrent à Anwar le pays sur un plateau », a-t-il affirmé, sous couvert d’anonymat. Pour lui, la politique interne de l’UMNO (United Malays National Organization), et la haine vouée par certains politiciens à Anwar Ibrahim, ont amené à une décision erronée.

L’UMNO est le plus grand parti politique du pays, et le principal parti de la coalition gouvernementale.

Anwar Ibrahim avait été acquitté le 9 janvier 2012 des charges de sodomie qui pesaient contre lui, après qu’un juge a décidé que les indices ADN censés prouver le rapport sexuel d’Anwar Ibrahim avec un ancien assistant avaient été contaminés par les manipulations inappropriées ou illégales de la police.
Une poursuite en appel avait été décidée la semaine suivante.

Le leader de l’opposition ne sera pas emprisonné immédiatement, et devrait faire appel de la décision auprès de la Cour Fédérale, la plus haute juridiction du pays, qui prendra des mois, sinon des années, à rendre une décision. Le verdict, cependant, empêche Anwar Ibrahim de se présenter aux élections partielles qui lui auraient sans doute permis de devenir ministre en chef de l’Etat du Selangor.

Selon une source proche du BN, l’appel a été soutenu par l’ancien Premier Ministre Mahathir Mohamad et son fidèle associé Daim Zainuddin, pour empêcher que le Premier Ministre Najib Tun Razak ne conclut un accord de paix qui aurait fait entrer Anwar Ibrahim dans un gouvernement d’ « union ».

L’ancien Premier Ministre Mohamad Mahathir, qui a été le mentor et l’allié d’Anwar Ibrahim (alors son ministre des Finances, de 1991 à 1998), est soupçonné d’être derrière la première affaire de sodomie, tout aussi bâclée, dont Anwar avait été accusé en 1998. Ce dernier avait été emprisonné sur ces accusations, avant que le jugement ne soit cassé en 2004. Anwar Ibrahim est revenu sur la scène politique à la tête de l’opposition, qui a perdu de peu face à la coalition au pouvoir lors des deux dernières élections générales. En mai 2013, la coalition d’opposition a gagné le vote populaire, mais n’a pas remporté assez de sièges au parlement pour renverser la coalition BN.
La décision de justice donnera sans doute à Anwar Ibrahim un grand coup de pouce politique, en en faisant à nouveau un martyr.

Ses partisans ont paru stupéfaits et se sont rassemblés au tribunal, chantant « Reformasi ! » et « Libérez Anwar! » Anwar lui-même était révolté et a crié sur les juges après la lecture du verdict.

« C’est si inattendu », a expliqué le legislateur pro-Anwar, Lee Khai Loon au site d’informations en ligne Malaysiakini.com « Nous n’avons pas demandé aux gens de venir, parce que normalement les décisions prennent du temps. »

Les effectifs de la police ont été triplés à l’arrière du tribunal après le verdict, formant un cordon devant l’escalier menant au Palais de Justice.
Suara Rakyat Malaysia (Suaram), une ONG généralement considérée comme pro-opposition, a accusé l’appel d’avoir été orchestré par le gouvernement pour empêcher Anwar de se présenter aux élections partielles du 23 avril au Selangor.

Le verdict vient encore compliquer une scène politique malaisienne déjà trouble. Le Premier Ministre Najib Razak est sous la pression de la ligne dure associée à Mahathir au sein de l’UMNO, qui est en colère suite aux mauvais résultats du gouvernement aux élections de mai dernier.

Pendant ce temps, en coulisses, d’après certaines informations, Anwar aurait rencontré à Londres et ailleurs Ahmad Zahid Hamidi, qui fut son allié avant de retourner vers l’UMNO. Il est maintenant ministre de l’Intérieur et proche de Najib. Les discussions visent un accord avec Najib, actuellement isolé au sein de l’UMNO, principalement par Mahathir.

La volonté d’Anwar de prendre la tête du Selangor, l’Etat le plus prospère et le plus peuplé de Malaisie, a été reçue avec inquiétude par le Barisan Nasional, et particulièrement par l’UMNO, qui craint que cela ne lui donne une attention politique et un forum public durant les meetings clés du gouvernement, présidés par le premier ministre.

De plus, il prendrait le contrôle de contrats gouvernementaux juteux. Anwar devrait également se montrer plus ferme face à la supériorité des groupes éthniques malais face aux malaisiens indiens ou chinois, sur les questions de religion.

Traduction : Hélène Nourdin
Source (John Berthelsen/Asia Sentinel) : Anwar ‘Guilty’ Again in Malaysia
Illustration : Zunar

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.