AlterAsia

Société civile

Investir en Birmanie : à quels risques ? Conférence au Sénat le 26 mars à 14h

Info Birmanie et le CCFD-terre solidaire organisent une conférence pour permettre aux entreprises françaises souhaitant investir en Birmanie d’engager un dialogue avec les acteurs de la société civile internationale et locale.

La Birmanie connait actuellement un processus d’ouverture et le Président Thein Sein a décidé d’attirer les capitaux étrangers en libéralisant ses règles d’investissement et en accordant des avantages fiscaux aux investisseurs étrangers. Toutefois, derrière les avancées démocratiques et économiques affichées, la Birmanie n’est pas un État droit et son système économique est toujours opaque et corrompu. Des liens directs existent entre développement d’infrastructures, exploitation des ressources naturelles et violations des droits de l’homme et de l’environnement.

Dans ce cadre, il convient de réfléchir à la mise en œuvre d’une politique cohérente de responsabilité sociale et environnementale pour tous les investisseurs étrangers.

Deux thèmes principaux seront abordés autour de deux tables rondes :

Droits de l’homme et investissements : Investir en Birmanie à quels risques ?
Opportunités et défis : bonnes pratiques et dispositifs pour un investissement responsable en Birmanie.
La conférence abordera les impacts potentiellement négatifs des investissements étrangers sur la population civile, ainsi que les risques et les enjeux auxquels les entreprises devront faire face en s’y installant. Elle proposera enfin à tous les acteurs concernés de réfléchir aux solutions en se basant sur l’échange d’idées et d’expériences.

En savoir plus

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.