AlterAsia

Economie

Les projets de Friends International, du Cambodge à l’Asie du Sud-Est

friends-phnom-penh

Créée il y a 20 ans à Phnom Penh, l’ONG Friends International étend aujourd’hui son influence hors des frontières du Cambodge.

Lorsque son avion atterrit à Phnom Penh en 1994, Sébastien Marot ne prévoit de ne faire qu’une simple escale sur son chemin vers le Japon.

Jeune homme, il avait été envoyé à l’Ambassade de France au Japon durant son service militaire. Plus tard, il a brièvement travaillé pour une compagnie japonaise de radiodiffusion/télévision, puis il a passé 3 ans dans la vente et le marketing chez le géant cosmétique français l’Oréal à Paris.

L’Asie lui manquait, surtout le Japon, Sébastien Marot décide alors d’y retourner. Mais d’abord, il veut visiter le Cambodge, un pays qui a beaucoup fait l’actualité depuis la signature des accords de paix de Paris en 1991. La vue des enfants des rues dormant dans des cartons près du Marché central change ses plans.

Il se demande comment peut-il y avoir autant de pauvreté au Cambodge, alors qu’un nombre record de pays avaient dépensé des milliards pour la United Nations Transitional Authority in Cambodia (UNTAC), qui a organisé les élections de 1993, et qu’il y avait encore de nombreux programmes de développement et pléthore d’ONG et d’organisations internationales à Phnom Penh.

« Reconstruire le pays sans ‘reconstruire’ ses enfants ne faisait aucun sens pour moi : cela semblait un gâchis incroyable », explique Sébastien Marot.

Avec un groupe d’amis étrangers, il rassemble les compétences pour ouvrir un modeste abri pour les enfants des rues et mettre en place une classe où sera donnée une éducation de base.

« Je pensais rester 3 mois, et passer le projet à des Cambodgiens pour repartir au Japon »… mais il y avait toujours plus à faire et il n’est jamais parti.

Aujourd’hui, il est le directeur exécutif de Friends-International, le bras régional de Mith Samlanh (‘ami proche’ en Khmer), l’organisation qu’il a lancée à Phnom Penh il y a 20 ans.

Map Somaya, la première cambodgienne à travailler en tant que bénévole dans l’association dans les années 1990, est maintenant la Directrice des programmes de Mith Samlanh. Comme elle l’explique, le but de l’association a toujours été de créer un environnement sûr pour les enfants et les adolescents des rues pendant qu’ils recevaient leur formation, afin qu’ils aient une meilleure vie. Cela veut dire fournir aux sans-abris et aux plus pauvres des services de base, allant d’un simple suivi de santé à l’aide pour trouver un logement, en passant par la mise en place de programme d’éducation pour que les enfants puissent rattraper leur retard scolaire et les adolescents acquérir un commerce.

Print Friendly

Pages : 1 2 3

Tagged , , , , ,

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.