AlterAsia

Economie

Cambodge : les bus publics de retour dans la capitale

cambodia-bus

Les habitants de Phnom Penh, au Cambodge, ont un mois pour emprunter les bus publics et prendre part à une expérimentation pour réduire les embouteillages dans la capitale par la remise en service des bus publics.

Phnom Penh compte un million de deux-roues (moto-taxis ou moto de transport) et 300.000 voitures mais cette métropole en expansion ne possède étonnement pas de système de transports publics.

Le gouverneur de Phnom Penh espère que ce test d’une durée d’un mois, qui se terminera le 4 mars, aidera à convaincre les Cambodgiens d’utiliser les bus publics :

…l’objectif de ce projet pilote est de réduire les accidents de la circulation et les embouteillages, autant que de changer les habitudes des Cambodgiens qui utilisent leurs voitures personnelles plutôt que les bus publics.

Les bus publics ont été mis en service une première fois en 2001 mais le programme n’a duré que deux mois à cause du manque de fonds publics et du faible intérêt des usagers. Hormis la conduite de motos-taxis, les résidents de Phnom Penh utilisent aussi les populaires tuktuks.

Abigail Gilbert voit plusieurs avantages à l’utilisation du bus :

La dernière tentative de bus public, il y a plus de dix ans, n’était pas populaire, puisque les habitants préféraient un service à domicile composé de divers deux-roues. Ce nouveau test de bus urbain, en partie financé par l’Agence de coopération internationale japonaise, constatera si les comportements ont changé. Il y a des avantages avérés pour les touristes de la ville, dont l’air-conditionné, empêcher le vol à l’arraché, un prix fixe et un itinéraire clairement identifié.

Le résident et blogueur de Phnom Penh Tharum Bun est ravi de l’arrivée des bus :

Nous avons beaucoup parlé de la circulation, trop de deux-roues et voitures, et aucun transport public. Mis en circulation tôt ce mois de février, le bus roulera sur le boulevard Monivong. C’est une chance pour beaucoup d’entre nous, qui souhaitons reprendre le bus.

Mais Tharum a appris que certains conducteurs de motos-taxis s’inquiètent des conséquences de la mise en service des bus sur leurs moyens de subsistance :

Le conducteur du moto-taxi m’a dit qu’il s’inquiétait au sujet de ce transport en commun parce qu’il n’a qu’une seule source de revenus.

Ce test impliquera 10 bus circulant chaque jour de 5h30 à 20h30.

De nombreux résidents de Phnom Penh étaient enthousiastes au sujet du bus à l’essai et ont rapidement publié des photos des bus publics sur Twitter (extraits) :

Source : Mong Palatino/Global Voices Online

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.