AlterAsia

Politique

Malaisie : interview de Père Andrew, accusé de sédition

pere-andrew-malaisie-herald

Pour le Père Andrew, rédacteur en chef du Herald : « Les catholiques doivent pouvoir continuer à célébrer le culte et prier en malais ».

Eglises d’Asie a rencontré le P. Andrew à Kuala Lumpur, dans les locaux du Herald. Agé de 68 ans, le P. Lawrence Andrew, jésuite, est le rédacteur en chef depuis vingt ans du Herald, l’hebdomadaire catholique de l’archidiocèse de Kuala Lumpur. Cette longévité s’explique notamment par le caractère très exposé de ce poste, éminemment sensible dans un pays où la presse est loin d’être libre et où l’islamisation à l’œuvre dans la société rend délicate la cohabitation entre la majorité malaise et musulmane de la population et les minorités religieuses, notamment chrétiennes, ces dernières représentant 9 % des 28 millions de Malaisiens.

Ces dernières semaines, la question de l’usage du mot ‘Allah’ par les chrétiens, notamment dans les colonnes en malais du Herald, a pris une ampleur particulière, des manifestants musulmans ayant à trois reprises brûlé en public une effigie du P. Andrew, faisant peser un risque réel sur sa sécurité personnelle. Son évêque, Mgr Murphy Pakiam, a dû prendre sa défense en adressant une Lettre pastorale à ses fidèles où il écrit que toute attaque contre le P. Andrew « est une attaque contre la communauté catholique tout entière ».

En outre, pour avoir affirmé que les catholiques avaient le droit d’utiliser le mot ‘Allah’ dans leur liturgie et les textes servant au culte et à la prière, le P. Andrew se trouve sous le coup d’une enquête diligentée au nom de la loi anti-sédition, une législation d’exception. Enfin, lui comme l’archidiocèse de Kuala Lumpur attendent que la Cour fédérale se prononce, en dernière instance, sur cette interdiction d’écrire le mot ‘Allah’ dans les colonnes du Herald. Le jugement est attendu pour le 5 mars prochain.

Eglises d’Asie : La controverse sur l’usage du mot ‘Allah’ par les chrétiens occupe l’actualité depuis un certain temps. Pouvez-vous nous en présenter les enjeux, pour ce qui concerne l’Eglise ?

P. Lawrence Andrew : Pour commencer, il est nécessaire de rappeler que l’usage du mot ‘Allah’ remonte à un certain temps. Son utilisation dans les églises remonte à la venue des Pères des Missions Etrangères de Paris en Malaisie (MEP) [soit au début du XIXe siècle, avec l’installation en 1808 du Collège général à Penang – NDLR]. C’est un fait que chacun doit avoir l’esprit : les missionnaires MEP, les évêques de cette époque, s’exprimaient en malais. Mgr René Fée, évêque de Malacca de 1896 à 1904, allait d’églises en églises, il confirmait les fidèles, et il prêchait en malais. Rappelons-nous donc qu’à son origine, l’Eglise parlait malais.

Print Friendly

Pages : 1 2 3

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.