AlterAsia

Economie

Asia floor wage: un salaire décent pour l’Asie

Pour améliorer les conditions de travail dans les usines de confection, syndicats et ONG se sont regroupés pour établir un salaire minimum vital régional: l’Asia floor wage.

Tout commence en Inde en 2005, par des discussions entre leaders syndicaux et militants autour d’une stratégie globale pour le secteur textile (connu pour ses salaires très bas). Ce n’est pas la première fois que des tentatives ont été entreprises pour obtenir de meilleurs salaires. Mais, c’est la première fois qu’une initiative a réuni des organisations syndicales, des travailleurs, des ONG de défense des droits humains et des universitaires de différents pays. Tous décidés à définir et mettre en place un salaire minimum décent pour l’ensemble des travailleurs du textile et de l’habillement de la région.

En 2007, après le ralliement d’autres mouvements et d’autres pays, est lancée la campagne « Asia floor wage » (littéralement, un salaire plancher pour l’Asie). Forte de 18 pays membres, cette campagne propose d’établir un salaire minimum standard en Asie, calculé en fonction des monnaies respectives et du coût de la vie dans chaque pays.

Là où la compétitivité blesse

« Plus qu’un salaire minimum, il s’agit d’établir un salaire décent qui permette le même pouvoir d’achat dans chaque pays. Cela passe par le développement d’une stratégie régionale et la constitution de syndicats forts, capables de résister aux pressions et représailles », explique Anannya Bhattacharjee, du secrétariat international de l’Asia floor wage Alliance. Ce dernier rassemble des organisations de base de 18 pays du Sud-est asiatique.

La plupart des pays concernés ont déjà adopté des salaires minima légaux, mais ces derniers sont très bas et s’apparentent plutôt à des salaires de misère. « En Indonésie, le salaire minimum calculé par la méthode de l’Asia floor wage est près du double du salaire minimum légal. Le fossé est encore plus grand dans d’autres pays », souligne Emelia Yanti, secrétaire générale du syndicat indonésien GSBI. « Au Sri Lanka, la différence entre le salaire perçu par les ouvriers et celui défini par l’Asia floor wage va du simple au triple », confirme Leon Joseph Arulvasagam, secrétaire du syndicat NFTU, dont la moitié des membres travaille dans le textile. « Pourquoi une si grande différence, alors que les produits fabriqués sont similaires et qu’ils sont vendus aux mêmes prix sur les marchés internationaux ? Ce n’est pas juste », s’indigne Emelia Yanti.

Le continent asiatique produit à lui seul 60 % de l’habillement mondial. Sa très forte compétitivité repose sur ses coûts de production et, en particulier, sur celui de sa main d’oeuvre. « Les pays les plus dépendants des exportations de textile sont très compétitifs, notamment sur les salaires. Les convaincre de rallier l’Asia floor wage est très difficile, explique May Wong, directrice de l’ONG chinoise Globalisation Monitor et coordinatrice pour le Sud-est asiatique de l’Asia floor wage Alliance. Certains soutiennent la campagne sur le principe, mais maintiennent les salaires minima officiels, de peur de voir des usines s’installer ailleurs. »

Lire la suite

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

0 Comments

  1. Asia floor wage: un salaire décent pour l’Asie | Asean Weaver For Business Blog03/12/2013 at 8 h 23 min

    […] viaAsia floor wage: un salaire décent pour l’Asie. Share this:LinkedInFacebookEmailTwitterPinterestPocketGoogleTumblrWordPress:J'aime chargement… […]

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.