AlterAsia

Culture

Le « Banksy de Malaisie » voit sa peinture effacée par les autorités

La suppression d’une fresque murale controversée de Zacharevic, ne parvient pas à cacher un problème de criminalité.

Les autorités de Johor Bahru ont « nettoyé » une peinture murale de l’artiste de rue lituanien Ernest Zacharevic, un résident permanent surnommé le « Banksy de la Malaisie » par les médias.

La fresque montre deux personnages de Lego: une femme portant un sac à main et un voleur armé d’un couteau l’attendant au coin de la rue. L’image a suscité la controverse car elle touche à deux éléments dont Johor Bahru est familier: le parc à thème Legoland et son taux de criminalité élevé.

«Mes tableaux sont toujours une réponse à l’environnement social auquel je suis exposé. J’ai remarqué que beaucoup de gens ne se sentent tout simplement pas en sécurité. Tous ceux à qui je parle – peu importe leur situation – disent : « Prenez soin de vous et cachez votre sac », a déclaré Zacharevic à la BBC.

Les autorités craignaient que l’œuvre se nuise à la réputation de la ville.

«C’est du vandalisme. Le voleur donne une image qui n’est pas bonne pour notre pays, l’investissement et le tourisme. Si la peinture reste, tout le monde va avoir peur  » a expliqué Aziz Ithnin, responsable du Conseil municipal de Johor Bahru, à l’AFP.

Le problème de la criminalité à Johor Bahru est devenu un sujet sensible pour les responsables de cette région qui attire des milliards de dollars d’investissement. Alors que le gouvernement fédéral a récemment publié des chiffres montrant que la criminalité tend à diminuer, ces statistiques ont été accueillies avec suspicion et n’ont en rien apaisé les craintes dues à une augmentation perçue de la criminalité.

Les résidents ont immédiatement partagé des parodies de la fresque sur Facebook et partagé leur histoire d’agression sur les réseaux sociaux. Certains ont même créé leurs propres parodies en « photoshoppant » Bruce Lee ou d’autres objets dans l’image originale.

Des artistes locaux ont même tenté d’adoucir le message de la peinture murale controversée en ajoutant un policier qui court après l’agresseur avec des menottes.

Malgré cet ajout, les Conseillers municipaux de Johor Bahru ont décidé de retirer l’œuvre, suscitant un tollé général.

« Cette peinture murale reflète la volonté du peuple, et doit donc être préservée. Personne ne devrait modifier ou blanchir cette peinture en vue de repeindre un tableau idyllique de la ville », selon Lim Mun Fah dans un éditorial du Sin Chew Daily. « Une ville qui ne peut pas accueillir les voix dissidentes ne sera jamais celle qui mérite le respect des gens. »

Zacharevic, qui a commencé son art mural dans le centre-ville de George Town il y a deux ans, a été classé n°2 dans le classement de Street Art News des 10 peintures murales les plus populaires d’octobre 2013, juste après Banksy.

Zacharevic a été invité par Tee Siew Keong, Conseiller exécutif de l’Etat de Johor Bahru, à « user de son talent dans le droit chemin » et « aider à promouvoir le tourisme et le développement de l’État ».

Traduction: Renaud Voisin
Source (Angela Erika Kubo/The Diplomat): Malaysian Authorities Whitewash Street Artist’s Lego Mural
Photo: @malaysian_gags via Twitter

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.