AlterAsia

Société civile

Malaisie : le budget 2014 ignore les difficultés des femmes

Malgré une augmentation du budget alloué au ministère des Femmes par le gouvernement malaisien, les postes de dépense laissent craindre que la question de l’inégalité dont elles sont victimes au travail, en famille ou dans la société, ne soit pas traitée à sa juste mesure, selon un député de l’opposition.

Alors que le budget 2014 alloue plus d’argent pour le ministère des Femmes, de la Famille et du Développement communautaire – 2,2 milliards de Ringgits contre 1,9 en 2013 – (soit environ un demi milliard d’euros), la majeure partie de cette somme ira à des programmes de charité, au détriment de leur besoin d’autonomie.

Les défis fondamentaux que rencontrent les femmes dans la vie publique ne sont pas abordés:

Tout d’abord, une culture de discrimination, en particulier la discrimination sexuelle qui prévaut et n’est pas abordée. Contrairement à la croyance populaire, sur 155 600 femmes qui sont au chômage, 86,3% ne sont pas mariées, divorcées ou veuves (Source: 10è rapport du Plan Malaisie). Par conséquent, la majorité des femmes qui ne sont pas sur le marché de l’emploi ne le sont pas pour cause de mariage.

De plus, les questions relevant des disparités de salaires ou du manque de perspectives professionnelles, notamment en matière de promotion de l’emploi, ont été écartées. En d’autres termes, la discrimination sur le lieu de travail n’est pas abordée.

En 2003, le gouvernement a lancé un programme pilote pour mettre en œuvre la Budgétisation sensible au genre (BSG) menée par le ministère de la Femme, de la Famille et du Développement communautaire, en partenariat avec le PNUD. Les ministères sélectionnés ont été invités à poursuivre la BSG en 2006 pour d’autres organismes. Ce projet vise à rendre les femmes autonomes et à leur donner une voix dans la répartition des ressources dans tous les secteurs du gouvernement, et non plus seulement d’envisager les femmes comme les bénéficiaires de la charité.

Depuis, 10 ans ont passé et en dépit de plusieurs circulaires du Trésor pour appeler à la mise en œuvre de la BSG, nous n’en n’avons pas vu l’adoption à un niveau national. Dans son discours du budget de 2014, le Premier ministre a déclaré que le gouvernement allait s’orienter vers un budget basé sur le résultat (OBB). En soi, cela est louable, mais qu’est-il arrivé à la BSG et à ses objectifs définis par l’ancien Premier ministre Abdullah Ahmad Badawi, « pour réduire les disparités existantes et réorienter les dépenses publiques en tenant compte des préoccupations de tous ses citoyens»?

Deuxièmement, il n’existe pas de stratégie systématique visant à augmenter la part des femmes dans la population active, qui a stagné autour de 46-47% au cours des 23 dernières années, pour un objectif à 55% d’ici à 2015 fixé en 2010 par le 10è Plan.

Concernant la législation du travail, les mi-temps, le temps partiel, les horaires flexibles, les dispositions pour arranger le travail à la maison du Budget de 2014… ils ont tous été mentionnés ultérieurement – dans le 6è Plan – il y a 23 ans. Les normes de travail ont été appliquées en octobre 2010, et pourtant nous n’avons vu aucune amélioration substantielle.

L’aide à la garde est limitée aux fonctionnaires et aux familles qui gagnent moins de 900 Ringgits (210 EUR), d’où une couverture insuffisante par rapport au budget alternatif du Pakatan, qui a proposé un plancher à 1 Ringgit, et une aide annuelle de 200 Ringgit (46 EUR) à toutes les mères qui travaillent comme aide à la garde des enfants de moins 12 ans.

Troisièmement, il n’y a pas de nouvelles mesures pour les femmes qui choisissent d’être des mères au foyer. Cette catégorie de femmes ne recevra aucune reconnaissance, aucune incitation et aucune sécurité dans le budget de 2014 proposé par le Premier ministre. En comparaison, le budget alternatif du Pakatan Rakyat, dans la lignée des manifestations pré-électorales de 2013, propose un régime de contribution nationale des femmes comme filet de sécurité sociale pour les femmes au foyer en vertu de laquelle le gouvernement contribuerait à 600 Ringgit (140 EUR) par an au foyer qui devront être complétés par les contributions du conjoint à un minimum de 120 Ringgits (28 EUR).

Quatrièmement, l’introduction de la TVA à 6% va gravement affecter les femmes, en particulier celles dans les ménages à faible et moyen revenu. Selon les statistiques, en 2010, il y avait 831 860 mères célibataires. Elles seront durement touchées par l’effet d’entraînement du retrait soudain des subventions et de l’introduction de la TVA. Une étude de l’Institut de Penang montre que pour les ménages à revenu élevé (au-dessus de 7000 EUR/mois) la TVA à payer représenterait environ 1,32% de leur revenu, alors qu’elle représenterait respectivement 2,35% et 2,67% pour les ménages à faible revenu (140 EUR/mois) et à revenu intermédiaire (580 EUR/mois).

Je suis déçu que le Premier ministre Najib Razak ait toujours refusé d’être un homme d’Etat audacieux et de franchir les lignes partisanes pour adopter les bonnes politiques mises en évidence dans le Manifeste du Rakyat Pakatan, et notre budget alternatif, en particulier sur les questions féminines. Le fait est que, sous le premier ministre Najib Razak, l’inégalité des sexes a empiré. En 2008, avant qu’il ne devienne premier ministre, la Malaisie était classée 96è dans le rapport de Global Gender Gap publié par le Forum économique mondial. Aujourd’hui, la Malaisie a glissé à la 102è place.

« Il ne peut jamais y avoir égalité sociale sans égalité des sexes» – Eng Chong
Steven Sim est député de la municipalité de Bukit Mertajam.

Traduction: Renaud Voisin
Source (Eng Chong Steven Sim/Aliran): Budget 2014, Women’s fundamental challenges not addressed
Photo: Sandro_Lacarbona/Flickr

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.