AlterAsia

Société

Les complexités du coming out à Singapour

25/10/2013 by AlterAsia in Genre, Société

Depuis 1988, le 11 octobre est connu comme la Journée du Coming Out à travers le monde. Une journée pour fêter les personnes qui assument ouvertement leur homosexualité, leur bisexualité ou le fait d’être transgenres (LGBTQ). Cette journée célèbre la Marche Nationale de 1987 à Washington pour la défense des droits des gays et des lesbiennes aux Etats-Unis, est à présent célébrée à travers le monde.

A Singapour, le groupe pour les droits des homosexuels Sayoni a lancé la campagne « Sortez du Placard, Rentrez à la Maison » (COuCH) en août dernier. Cette campagne encourage les personnes LGBTQ de Singapour à assumer davantage leur identité et demande à ceux qui les soutiennent de le manifester ouvertement. Elle se termine sur un rassemblement de la communauté lors de la Journée du Coming Out.

L’association de défense des femmes, AWARE, soutient la Journée du Coming Out et COuCH par respect pour le droit de chacun de vivre heureux et librement en tant que personnes LGBTQ. L’orientation sexuelle n’est qu’une facette de la personnalité d’un individu et ne devrait pas être source de discrimination, sous quelque forme que ce soit. Tandis que les normes sociales sont en train de changer, il reste difficile pour beaucoup de gens de se montrer ouvertes au sujet de leur sexualité.

De nombreuses études ont montré que l’acceptation de soi-même, ainsi que le fait de le révéler publiquement, augmentent considérablement le bien-être émotionnel et mental d’une personne. Accepter, nommer et assumer sa sexualité et son identité sexuelle aide les gens à s’affirmer et à avoir davantage confiance en eux. Pour une personne LGBTQ, faire son coming out constitue souvent un poids en moins et donc un soulagement.

Comme de plus en plus de personnes LGBTQ assument leur identité et leurs expériences, cette réalité est de plus en plus visible dans la société. De plus en plus de personnes interagissent tous les jours avec elles, qui font peut-être même partie de leur famille ou de leurs collègues.

Toutefois, le coming out n’est pas tout. Il faut savoir que certains actes d’homophobie ne sont pas le fruit de l’ignorance, mais d’une idéologie – celle de croire que l’existence-même ou le comportement des personnes LGBTQ sont immoraux. Une visibilité croissante est susceptible d’aggraver cela.

Plus important, sortir du placard ne vient pas sans conséquences personnelles. Ces dernières peuvent s’avérer dévastatrices. Les personnes LGBTQ, surtout celles dépendant financièrement d’autres personnes, font face au risque de se faire rejeter ou même de subir des violences physiques et émotionnelles.

Pour beaucoup trop de gens, sortir du placard est l’opposé-même du fait de rentrer chez soi. Nous manquons toujours de ressources pour soutenir ceux qui se mettent en danger en faisant leur coming out. Un mouvement centré sur le coming out requiert davantage qu’une rhétorique politique : nous devons activement créer des environnements sûrs et rassurants où faire son coming out devient un choix réaliste, souhaitable et autonome.

En même temps, nous devons respecter le choix de ceux qui pourraient faire leur coming out, mais qui ne le souhaitent pas. Les concepts de sexe et de sexualité, comment ils influent sur nos interactions et nos relations avec les autres varient selon les personnes et les cultures. Certains ne savent pas s’identifier à des termes communs comme « lesbienne » ou « transgenre » par exemple. D’autres croient qu’il s’agit d’une affaire strictement personnelle. Nous devrions reconnaître que sortir du placard n’est pas une étape obligatoire pour la communauté homosexuelle, mais seulement une étape populaire. C’est important pour beaucoup de personnes, mais pas pour tout le monde.

COuCH est une campagne louable qui met un vrai visage sur les problèmes les plus polarisants, tout en gardant à l’esprit les réserves émises ici. Le coming out est une affaire personnelle et politique.

Et il n’est qu’un début : le coming out, pour ceux qui veulent et peuvent le faire, n’est pas un acte unique, mais une partie d’un processus à vie, navigant entre l’identité privée et publique, les relations et la politique. Espérons que la Journée du Coming Out et COuCH soient annonciateurs d’une société au sein de laquelle les personnes LGBTQ pourront assumer leur identité sans avoir peur d’une quelconque discrimination et sans avoir peur qu’il leur arrive du mal.

Note – une ligne de cet article a été supprimée à la demande de l’auteur.

Source (The Online Citizen): The complexities of coming out
Traduction: Caroline Robert (Tradadev)

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.