AlterAsia

Société civile

Malaisie : la police découvre des armes dans une plantation de palmiers à huile

Le Bruno Manser Fund, association pour les peuples de la forêt pluviale, salue l’action de la police et demande que les exploitations d’huile de palme et de bois reconnues coupables d’employer des hommes armés perdent leur agrément.

Ce n’est un secret pour personne: les communautés indigènes du Sarawak en Malaisie, opposées à la confiscation de leurs terres au profit d’exploitations de bois et d’huile de palme, sont régulièrement menacées par des voyous armés soupçonnés d’être engagés par les exploitations elles-mêmes.

Jusqu’à ce jour, la police malaisienne refusait généralement d’agir sur la base des rapports et plaintes déposés par les autochtones contre ces hommes armés et leurs liens présumés avec les entreprises. Dans certains cas, les officiers de police étaient accusés d’être de mèche avec les compagnies de débardage et d’huile de palme.

Cette fois-ci, lors de cette intervention sans précédent, les autorités malaisiennes ont présenté à la presse à Kuching, capitale du Sarawak, une réserve d’armes confisquées pendant une descente dans une exploitation de palmiers à huile située à Karanga, près de Serian. Parmi ces armes, on compte notamment une carabine à air comprimé Cannon 737 de calibre 177, un fusil à canon lisse de fabrication artisanale, deux kwan dao (arme d’hast chinoise), un sac contenant huit boîtes de munitions pour carabine à air comprimé, une cartouche à plombs pour calibre 12, un pistolet 27 de calibre 7,65 mm chargé avec trois balles, une boîte contenant 20 cartouches à plombs Mirage pour calibre 12, une boîte de métal contenant six balles pour calibre 7,65 mm et d’autres munitions. La police explique qu’elle surveillait les agissements d’un suspect de 35 ans.

Cette trouvaille soulève des questions: contre qui ces armes étaient-elles utilisées, ou censées l’être ? Combien de caches d’armes similaires se trouvent-elles sur les terrains des exploitations de bois et d’huile de palme? La direction de la plantation était-elle au courant de l’existence de ces armes dans ses locaux? Quelles mesures prendra-t-elle contre la possession et l’utilisation illégales d’armes?

See Chee How, membre de l’Assemblée nationale et avocat des droits de l’Homme au Sarawak, a immédiatement félicité les policiers pour leur intervention rapide et les a encouragés à enquêter sur un lien potentiel entre ces armes et l’affaire non résolue de l’agression violente d’un fermier âgé en mars dernier. Ce propriétaire foncier indigène qui résiste à l’empiètement des sociétés voulant exploiter l’huile de palme sur les terres de ses ancêtres, a été brutalement agressé devant l’école où il venait chercher son fils. See a déclaré au site d’informations en ligne Malaysiakini que les armes ont été trouvées dans les quartiers des ouvriers de l’une des deux entreprises qui fonctionne près du village de Surik à Melikin.

Le Bruno Manser Fund souligne qu’un climat de violence envers les communautés autochtones entoure nombre de conflits entre les propriétaires fonciers indigènes et les grandes entreprises au Sarawak, tout particulièrement dans le contexte actuel où les tribunaux reconnaissent de plus en plus les droits coutumiers des peuples indigènes des communautés locales. Le Bruno Manser Fund salue l’action de la police et appuie la demande du PKR (parti du peuple pour la justice) que les exploitations d’huile de palme et de bois reconnues coupables d’employer des malfrats perdent leur agrément.

Traduction: Cindy Presne (Tradadev)
Source (Aliran): Police uncover weapons stash with oil palm company

Print Friendly

Tagged

Voir aussi

Copyrights
Rejoignez-nous!
Je soutiens AlterAsia !

Ce n'est que grâce à vos dons qu'AlterAsia peut proposer une information alternative de qualité et gratuite. Soutenez-nous !

Vous pouvez choisir d'utiliser une carte bancaire si vous n'avez pas de compte Paypal en cliquant sur "Continuer" en bas à gauche de la page Paypal.